Navigation – Plan du site
Lu et à lire

Claude Pairault, Retour au pays d'Iro. Chronique d'un village du Tchad. Paris, Karthala, 1994.

Thierry Berche

Texte intégral

1Arrivé à Boum Le Grand, village du sud tchadien, en février 1959, Claude Pairault ne s'en éloigna qu'en mai 1964. De ce long séjour chez les Goula Iro, il tira en 1966 une superbe monographie de village 1 regroupant ses matériaux ethnographiques selon trois rubriques :

21) l'écologie : l'habitat, la vie élémentaire (nourriture et boisson, sommeil, vêtement), l'agriculture, la chasse et la pêche, l'artisanat, les échanges et rythme de vie ;

32) la sociologie : l'existence familiale, les classes sociales, la société villageoise ;

43) la métaphysique : les valeurs, la mort, la religion.

5Ce travail initial illustre bien, semble‑t‑il, une des intentions fondamentales de l'ethnologie maussienne : tenter de saisir ce qui va disparaître. Ainsi, la recherche de la permanence des êtres et des choses conduit l'ethnologue à construire un "arrêt sur le temps" (par analogie avec l'''arrêt sur image" du cinéma) et à proposer une sorte d' "avant‑histoire".

6Plus de vingt cinq ans plus tard, Claude Pairault est de retour sur "son terrain" comme on dit assez sottement. Dressera‑t‑il le constat de décès d'une culture disparue ? Vérifiera‑t‑il l'efficace de l'art d'embaumer cher à l'ethnologie classique ? Pire, nous bercera‑t‑il de l'ennuyeuse musique du "retour de l'anthropologue" qui ne reconnaît plus "ses" ouailles ?

7Non, Claude Pairault est allé à la redécouverte des Goula Iro ‑ sans rien oublier de ce qu'il en sait déjà ‑ et a décidé de tenir la chronique des temps passés depuis son départ. Les Goula Iro nous parlent donc, par son intermédiaire, de ce qu'ils ont vécu : les troubles politiques, la guerre civile, l'installation des militaires, l'arrivée des négociants et des "étrangers", la disparition du gibier, le développement de la scolarisation, l'extension des nouvelles religions, chrétiennes ou islamique, ou la naissance et la mort des groupements associatifs. Ils ont même appris à se "frotter" aux bureaucrates 2 qui savent tout de leur "développement"... Bref, ils ont souffert, ri, ou pleuré de ce qui a fait le quotidien de nombreux villages africains depuis les Indépendances et que, contrairement à ce que semble croire l'auteur, bien peu d'anthropologues ont étudié.

8Les Goula Iro ont donc changé et c'est ce mouvement, ce changement social que l'auteur a exploré au plus près des villageois qui l'ont accueilli pour le seconde fois ‑ on ne dira jamais assez la patience des villageois pour répondre à nos interrogations !

9Ce Retour au pays d'Iro décrit donc l'irruption de l'histoire tant chez les Goula Ira que chez l'ethnographe lui‑même me semble‑t‑il 3. Claude Pairault, "apadien d'excellence", met ainsi en relief avec talent l’une des vocations de l’anthropologie sociale : recueillir et mettre en résonance les matériaux d'une histoire des "gens‑d'en‑bas".

Haut de page

Notes

1Boum Le Grand. Village d'Iro. Paris, Institut d'Ethnologie/Musée de l'Homme, 1966 (toujours disponible).
2"bureaucrate : sa bure gratte vos os", dixit E. Dujardin (Entretien avec sa fille Athénaïs, Archives T. B., classé n° 9999, janvier 1994).
3Dans la monographie de 1966, Claude Pairault était fort discret sur l'influence de la colonisation et les relations des villageois avec les autorités coloniales dont il a connu les derniers représentants.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Thierry Berche, « Claude Pairault, Retour au pays d'Iro. Chronique d'un village du Tchad. Paris, Karthala, 1994. », Bulletin de l'APAD [En ligne], 10 | 1995, mis en ligne le 19 juillet 2007, consulté le 27 avril 2017. URL : http://apad.revues.org/1341

Haut de page

Droits d’auteur

Bulletin de l'APAD

Haut de page
  • Logo LIT Verlag
  • Revues.org