Navigation – Plan du site
Présentation

Jean‑Claude Nguinguiri, Des pêcheurs face au développement : acteurs, stratégies et trajectoires des pêcheries viii du Congo. Analyse socio‑anthropologique thèse de doctorat en Anthropologie sociale et d'ethnologie, EHESS‑Marseille, 1995

Le développement ne peut être assimilé à un simple transfert de techniques et de savoir‑faire. Il est au contraire la résultante de multiples interactions entre divers acteurs sociaux, autant du côté des "groupes cibles" que du côté de "développeurs". Nous sommes partis de cette hypothèse pour étudier les faits de développement de la pêche artisanale maritime au Congo. Le recours à l'approche interactionniste a permis d'aborder le sujet dans une perspective large. Deux niveaux d'analyse pertinents constituent l'ossature du travail.

Le premier niveau d'analyse renvoie à une reconstitution de l'histoire des idées sur le développement de la pêche artisanale maritime au Congo. Elle est réalisée, non pas du point de vue de l'historiographie, mais en s'appuyant sur les logiques d'actions des acteurs. Il apparaît ainsi que la trajectoire des pêcheries, imaginée par les experts, est le résultat de confrontation d'intérêts multiples en fonction d'enjeux temporels. L'expert façonne l'image du pêcheur en fonction des prévisions qu'il se fait des attentes des bailleurs de fonds et du gouvernement congolais. L'image souhaitée est ainsi défendue en s'inspirant des idéologies de développement qui sont à la mode.

A l'inverse de la démarche des développeurs, la même "'entrée" (par les logiques d'acteurs) révèle que le secteur de la pêche artisanale est plutôt hétérogène et soumis à des changements. Ceux‑ci décrivent des trajectoires faites de multiples séquences. Le passage d'une séquence de changements à une autre ne se réduit pas au seul jeu de logiques d'action face à un système de contraintes. Il résulte aussi de négociations et de compromis entre divers groupes stratégiques de pêcheurs, de transformateurs de poisson, de mareyeurs et d'autres catégories d'acteurs.

Le deuxième niveau d'analyse s'attache à l'étude des relations individuelles qu'entretiennent entre eux les acteurs à l'interface (développeurs, développés et développeurs et développés). Nous nous sommes intéressés aux interventions de l'Administration des pêches et du Projet d'appui à la pêche artisanale. Il apparaît que ces institutions représentent, chacune, un lieu de rencontre d'acteurs sociaux affiliés à des réseaux de clientèle qui sont en compétition pour le contrôle des postes de responsabilité et des avantages qu'ils procurent. Leur fonctionnement est ainsi déterminé, en partie, par les rapports de force entre réseaux concurrents. Aussi, la prise de décision est conditionnée par les prévisions que l'on se fait de la réaction des membres du réseau adverse. Les mêmes relations de clientélisme participent aussi à la mise en œuvre des tâches d'encadrement des pêcheurs et des recouvrements des taxes. Dans cette perspective, "encadrés" et "encadreurs" s'engagent dans des compromis, des concessions, des connivences et des complicités. Toutefois, les stratégies des acteurs de développement ne se limitent pas qu'aux enjeux économiques. Nous avons également montré que les initiatives locales, tant recherchées par les bailleurs de fonds dans le contexte actuel de désengagement de l'Etat, ne correspondent pas forcément aux objectifs des agences d'aide. Les dynamiques dites d'auto‑promotion servent surtout de couverture aux prétendus promoteurs locaux du développement pour mettre en ouvre des stratégies politiques.

  • Logo LIT Verlag
  • Revues.org