Navigation – Plan du site
Présentation

Anne Floquet, Dynamique de l'intensification des exploitations au sud du Bénin et innovations endogènes ; un défi pour la recherche agronomique. Dissertation der Agrawissenschaft, Stuttgart, Universität Hohenheim, 1993, 411 pages.

La pertinence même du sujet de ce travail de recherche a été contestée par les collègues des institutions de recherche agronomique et de développement. Les agronomes pour la plupart, s'ils reconnaissent une certaine évolution des pratiques agricoles paysannes, estiment que les paysans africains intensifient sans innover et donc surexploitent leurs ressources naturelles. Le revenu de leur travail baisse alors sans rémission. Sans les innovations basées sur les intrants et la mécanisation des institutions de la recherche scientifique et sans apport de technologies, point de salut. Une autre école au contraire fait l'apologie des pratiques et savoirs indigènes, lente adaptation et optimisation dans un milieu. Les chercheurs, souvent des ethnologues, s'intéressent alors plus aux permanences qu'aux savoirs en évolution. Enfin, il y a les idéalistes ‑ d'aucuns diraient les populistes ‑, qui voient dans "le paysan" un innovateur permanent, en situation d'information et de rationalité parfaite, auquel les intervenants ne peuvent apporter que des ennuis. Autant laisser les pratiques agricoles évoluer par leur dynamique interne.

L'objet du travail était d'identifier avec précision les modifications apportées à leurs pratiques agricoles par les paysans de deux villages du sud du Bénin, un village en zone rurale et un village en zone périurbaine où les ressources naturelles sont plus dégradées et les opportunités d'activités diffèrent en raison des marchés des produits et du travail de la ville de Cotonou. Les changements recensés dans les pratiques agricoles ont été très nombreux durant ces dernières décennies  : certes, beaucoup consistent à tester une nouvelle variété mais d'autres sont plus complexes et ont provoqué des modifications profondes dans les systèmes de culture. C'est le cas de l'introduction et de l'adaptation de la culture de tomate sur billon ainsi que de la transformation des systèmes de palmeraie à huile en systèmes où palmeraies‑vignobles et cultures vivrières sont intégrées.

Ces dernières innovations ont permis aux paysans de maintenir le revenu de leur travail en situation de pénurie foncière croissante. Ainsi la pertinence de ce sujet de recherche pour un agro‑économiste était‑elle établie. De plus, l'étude des changements dans des systèmes de production s'est révélée une bonne porte d'entrée pour en comprendre les contraintes.

En quoi l'innovation paysanne peut‑elle concerner le socio‑anthropologue ? L'innovation, c'est le moment où un praticien confronte une pratique qu'il jugeait jusqu'à présent évidente à une autre qu'il évalue en comparaison pour décider de sa pertinence. C'est le moment où des critères de décision deviennent explicites. C'est aussi le moment où certaines alternatives sont d'emblée rejetées comme non‑faisables et inintéressantes avant même que ce processus d'évaluation n'ait lieu. Or là, des groupes et des réseaux de producteurs se dessinent qui, en situation comparable de contraintes et d'opportunités de leurs systèmes de production, développent des stratégies de changement technique bien différentes. Ce sujet a été abordé dans ce travail de recherche mais il pourrait bien mériter un peu plus d'attention.

  • Logo LIT Verlag
  • Revues.org