Navigation – Plan du site
Résumé de thèses

Mariatou Koné, Être encadreur en Côte d'Ivoire : principes et pratiques (le cas de Sakassou), Thèse de doctorat d'Anthropologie sociale et d'ethnologie, EHESS‑Marseille, 1994, 387 p.

Jean‑Pierre Chauveau

Les dispositifs de développement programmés font partie intégrante des processus de changement social dans les pays en développement en général et en Afrique en Particulier. Pourtant, dans la recherche anthropologique fondamentale, ils n'ont pas rencontré l'intérêt qui correspond à leur importance. En particulier, le fait que ces dispositifs constituent des arènes de confrontation (où différents groupes stratégiques sont en compétition pour des ressources matérielles et immatérielles et confrontent leurs univers de sens) n'est souvent qu'incidemment abordé. Une des grandes qualités de la thèse de Mlle Koné est de décrire et d'interpréter ces processus de confrontation d'acteurs ou de groupes d'acteurs sociaux dans un système d'interactions local. Mlle Koné défriche en outre un sujet à peu près vierge : l'étude anthropologique des encadreurs agricoles, groupes d'acteurs sociaux qui agissent à l'interface des interventions extérieures et des groupes‑cibles 1.

Outre l'originalité du sujet, la rigueur méthodologique de la recherche constitue une autre qualité de ce travail. Les travaux récents en anthropologie du développement mais aussi dans des disciplines connexes (interactionnisme, sociologie des organisations) informe la mise en œuvre méthodologique, qui utilise une palette de méthodes : mise en perspective historique large permettant de replacer l'étude de cas dans l'évolution des idéologies et des méthodes de développement en Côte d'Ivoire et ailleurs, histoires de vie, études de cas, descriptions, exemplifications. Le travail descriptif de terrain est particulièrement minutieux. Il est l'occasion de présenter et d'analyser les difficultés méthodologiques rencontrées sur le terrain et les moyens utilisés pour y faire face.

Le thème central du sujet consiste à montrer les écarts entre normes officielles et pratiques effectives des acteurs afin de comprendre de manière empirique et non normative les incessants "détournements" par rapport aux normes qui caractérisent les processus de développement dès lors que l'on s'attache aux stratégies des acteurs. L'approche micro‑anthropologique permet de décomposer l'interdépendance entre les comportements stratégiques des encadreurs et ceux des autres groupes d'acteurs et de reconstituer les modes de régulation du système local de relations. Les pratiques professionnelles des encadreurs et leur sociabilité "hors travail" (inséparables des premières) montrent par exemple le rôle de la rumeur, l'importance de la réputation, la place des rapports de jalousie et de la délation, la fixation des acteurs sur les hiérarchies statutaires et les conflits entre échelles hiérarchiques différentes ou contradictoires, les stratégies liées à la confiance, la valeur accordée à l'honneur, et, last but not the least, l'omniprésence de phénomènes associés à la corruption et au clientélisme. Ce travail contribue à la mise en évidence et à l'intelligibilité des dynamiques sociales complexes mises en brade, de façon non moins fatale qu'inintentionnelle, par les interventions bureaucratiques de développement rural : détournement de la philosophie du projet par les acteurs locaux, réduction paradoxale de la liberté d'expression induite par la récente démocratisation politique, fonction de la profession d'encadreur comme moyen d'ascension sociale pour les fils de paysans etc.

Nul travail n'étant parfait, on peut aussi relever quelques approximations ou des développements trop rapides. Par exemple sur la position du milieu d'enquête dans l'environnement économique et social ivoirien, sur les différences sociales internes à la paysannerie locale et sur la place des aristocraties autochtones (la région de Sakassou est, en pays baoulé, un haut lieu de rencontre entre réseaux politiques "coutumiers" et étatiques), sur les stratégies foncières des acteurs comme "analyseur" du système d'interactions entre encadreurs et paysans, sur l'analyse comparée des stratégies des encadreurs ressortissant des différentes structures d'encadrement présentes à Sakassou.

Les états de la question sur l'histoire et la situation actuelle de l'encadrement agricole en Côte d'ivoire et sur la problématique générale de l'encadrement agricole constituent de bonnes tentatives de clarification de la part de Mlle Koné sur ces points, sans toutefois faire le tour du sujet. Il est vrai que ces aspects sont difficiles à traiter eu égard à la difficulté de distinguer ce qui relève de modes intellectuelles et de tendances historiques lourdes, de politiques de développement et de méthodes d'encadrement au sens strict, de méthodes délibérément conduite à l'échelle nationale et de méthodes induites par la présence de multiples agences et bailleurs de fonds.

En résumé, un travail novateur dans le domaine de l'anthropologie générale du développement, qui combine un très bon niveau méthodologique et un travail empirique minutieux, en contraste avec la plupart des publications, générales et normatives, de la sociologie‑standard du développement.

Notes

1Ce compte‑rendu intègre des observations de Jean‑Pierre Olivier de Sardan et de Thomas Bierscbenk sur la thèse de Mlle Koné.
Haut de page
  • Logo LIT Verlag
  • Revues.org