Navigation – Plan du site

Préambule… ou plaidoyer pro domo Belgica ? !

Michael Singleton

Texte intégral

1L'APAD a gagné ! Je parle de cet "Amoncellement de Papiers et Autres Documents" qui s'accumulait sur le plancher à côté de mon bureau suite à des envois aussi massifs que réguliers de l'axe Marseille/Montpellier en vue de la composition du Bulletin n° 6. Mais à tout seigneur tout honneur : la victoire sur le tas voisin, cumulant à hauteur omphalique, thèses, mémoires et autres travaux de fin d'études en attente d'une lecture académique, ne fut remportée définitivement vers la mi‑septembre que grâce à des apports d'Apadiens belges.

2Quand l'offre excède la demande, alors oui, un réseau ronfle. Malheureusement, cet embarras du choix ne fait pas l'affaire de tout le monde et surtout de ceux ‑ pourquoi n'y a‑t‑il pas de "celles" ? ‑ qui espéraient sans doute pouvoir partager leurs perles avec leurs pairs. Il y avait notamment des textes sur la foresterie et sur l'éducation bilingue que j'aurais aimé inclure dans ce numéro. J'ai dû même sacrifier mes droits d'auteur‑éditeur et renoncer à vous "proposer" des élucubrations (e)sc(h)atologiques où il est (dé)montré de façon précise et péremptoire que le développement, tant au figuré qu'au propre, "C'est de la m...". Mais il fallait choisir... Et si le choix peut paraître aussi complaisant ‑ comment refuser le manuscrit d'un chef historique ? ‑ que chauvin ‑ septante pour cent des pages émanent des plumes belges ‑ c'est justement parce qu'il ne s'agit ni de manuscrits ni de plumes, mais de textes déjà saisis sur disquette !

3Ce ne sont pas les seuls Mélanésiens de Malinowski qui font de nécessité venu. Qui ferait l'anthropologie des choix, même critiques, par les temps contraignants qui courent, serait bien obligé d'admettre que le gratuit et le généreux font souvent les frais de considérations plus pratiques. Si nous avons mis nos quatre enfants "chez les Jésuites", c'est parce que leur parking était nettement plus grand et accessible que ceux de tous leurs concurrents, "laïques" ou pas ! Ne disposant que de manière informelle du quart de temps d'une secrétaire insaisissable, je ne suis pas bien placé pour me formaliser. Ceci dit sans doute pour me plaindre, mais aussi pour rappeler aux Apadiens du sud une constatation de nos Premières Journées : nous sommes tous (ou presque) embarqués dans la même galère... de misère... des moyens qui manquent.

4Sorry donc aux exclus et merci aux élus ‑ qui, suite à une réunion du sous‑réseau belge, ont fourni les textes de ce bulletin. Nous avions pensé à un certain moment ‑ qui n'a pas duré plus que quelques secondes ‑ à un numéro à thème. Néanmoins, pour des raisons qui me paraissaient éminemment raisonnables mais dont j'ai oublié le détail, nous avons opté pour une formule plus souple. Concrètement, cela donne...

5Le bref titre de la première contribution à ce bulletin n° 6 est fait de quelques mots simples, mais que de problèmes complexes soulevés par J.‑P. Olivier de Sardan quand il parle "innocemment" de "développement" "champ" "politique" et "local" ! (A l'égard de cette dernière problématique, le livre édité par L. Sfez dans la collection 10/18 (Paris, UGE) L'objet local, reste toujours lisible).

6Répondant (déjà !) à l'appel lancé par J.‑P. Olivier de Sardan et Th. Bierschenk (dans le Bulletin n° 5 de l'APAD juin 1993 p. 71) pour du matériel inédit sur les courtiers locaux du développement, P.‑J. Laurent nous détaille un cas fascinant d'un courtier choisi par sa communauté mais qui se (re)trouve courtisan éconduit. Le mal nécessaire c'est the middleman, the honest broker ‑ et c'est vrai que depuis "the leopard skin chief" des Nuer et les marieurs BongoBongo, on n'a pas écrit beaucoup en anthropologie sur les médiateurs et intermédiaires ‑ bien que les pages de mon collègue me rappellent ce que j'avais écrit in illo tempore sur des "facilitateurs éco‑sanitaires" au Zaïre ou des "interprètes turcs en milieu hospitalier belge".

7Sociologue, travaillant au sein d'une unité de nutrition à l'Institut de Médecine Tropicale d'Anvers, P. Lefèvre, qui a fait du terrain aux Philippines, nous décrit de façon concise et critique une méthodologie d'évaluation globale et participative de projets de développement complexes, élaborée et expérimentée par lui et ses collègues. Sans être la réponse belge au RRA des Anglo‑Saxons, cela mérite, à mon humble avis, d'être mieux (re)connu au‑delà des filières et frontières de la bio‑médecine. Surtout n'hésitez pas à le contacter pour des renseignements supplémentaires, car l'espace manque pour reproduire la bibliographie d'une cinquantaine d'articles ciblée sur la méthodologie en question que l'auteur nous a communiquée.

8Puisqu'ils laissent souvent des tas de paperasse derrière eux, les vieux qui meurent au Nord ne sont pas tant des bibliothèques qui brûlent que des bibliothécaires qu'on incinère. D'où le propos de M. Poncelet ‑ qui, si je ne me trompe pas, a dû voir le jour vers les années même de l'indépendance du Zaïre ‑ d'aller interviewer des mundele du Congo de Papa avant qu'ils ne soient plus en mesure de s'expliquer sur leur projet. Mais l'auteur ‑ plus sociologue engagé qu'historien pur et dur ‑ ne cherche pas seulement à constituer des archives plus parlantes. Son effort d'épaissir notre mémoire en enregistrant les points de vue des acteurs intellectuels d'un passé colonial encore en vie, s'articule autour d'une problématisation du passage qui a transformé l'apostolat civilisateur de l'Occident en mission développementiste. Poncelet rappelle ainsi opportunément que notre activisme d'anthropologues appliqués devrait faire des (r)appels constants au passé présent.

9Jeune chercheur canadien, Cl. Rossi ne nous a pas proposé ses pages comme un modèle du genre évaluateur. Il n'empêche que des vieux routiers rodés à l'expertise ont parfois du mal à répondre à la simple demande des novices débutant sur le terrain "comment est‑ce qu'on doit s'y prendre concrètement ?". Le texte de Cl. Rossi me paraît constituer une bonne réponse à cette question. Ne pas partir la tête vide, formuler quelques hypothèses bien ciblées, localiser sur place les différents groupes d'acteurs et essayer de cerner le poids de leurs rôles respectifs dans le système local.

10"Ne jamais écraser la mèche qui brûle encore" ‑ et surtout si ça commence à flamber, souffler dessus ! N'ayant jamais su faire de deux et deux quatre, j'ai même une mauvaise conscience quand je vois l'effort d'un démographe pur et dur pour intégrer l'approche qualitative dans la masse de ses données quantitatives. S. D. Yana, Apadien camerounais, fait état ici des passerelles qu'il construit entre nos deux disciplines dans la thèse qu'il présentera bientôt à l'Institut de Démographie de Louvain.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Michael Singleton, « Préambule… ou plaidoyer pro domo Belgica ? ! », Bulletin de l'APAD [En ligne], 6 | 1993, mis en ligne le 10 mars 2008, consulté le 22 août 2017. URL : http://apad.revues.org/2463

Haut de page

Droits d’auteur

Bulletin de l'APAD

Haut de page
  • Logo LIT Verlag
  • Revues.org