Navigation – Plan du site
Lu et à lire

« Violences urbaines au Sud du Sahara », Cahiers de l’UCAC, 1998, Paris, Karthala

Sylvie Ayimpam

Violences urbaines au Sud du Sahara réunit des textes qui traitent toutes de la ville subsaharienne comme creuset de changement, en mettant en exergue ses dimensions conflictuelles qui vont de pair avec la croissance urbaine (p.5). La diversité des textes de ce numéro des Cahiers de l’Université Catholique d’Afrique Centrale (UCAC), qui rassemble neuf contributions, renvoie à la diversité des situations de violence que l’on peut rencontrer dans les contextes urbains africains. La ville apparaît comme le lieu privilégié où se manifeste la violence en général, parce qu’elle semble favorisée par le caractère d’anonymat qui y fleurit, et par la concentration de la vie sociale qui s’y manifeste. L’autoritarisme et l’arbitraire donne à cette violence une impulsion forte et une connotation burlesque qui associent à la tragédie le ridicule, mais en même temps lui servent de détonateur, soulignent Marthe Atangana et Séverin Abéga. Ils pensent donc qu’il convient de mettre à nu ces systèmes générateurs de brutalité pour en montrer la véritable nature (p. 140). Même si la réalité typiquement urbaine ne se laisse pas aisément définir, indique Bernard Chandon‑Moët, la ville est par sa dimension même un acte de violence. La contrainte qu’elle exerce est particulièrement forte, car elle peut tout aussi bien stimuler les énergies humaines que les annihiler. De multiples violences qui y apparaissent sont liées d’une manière ou d’une autre à sa démesure ou à ce qui apparaît comme tel (p. 8).

Lorsque l’on parle de la violence urbaine, la délinquance des jeunes est souvent désignée comme une de ses formes les plus courantes. Elle est visible à travers les agressions, les crimes, organisés à l’intérieur des bandes armées. Cependant, Marie Thérèse Mengue propose de dépasser une vision des jeunes délinquants comme étant des asociaux invétérés, des habitués de la transgression, pour s’interroger plutôt sur le sens profond du phénomène. Elle stigmatise la société qui semble fonctionner envers ces jeunes comme un système familial destructeur, et estime qu’une modification de sa relation avec eux, en apprenant à les écouter et à les accueillir avec leurs envies et leurs révoltes, pourrait contribuer à transformer des conduites agressives en désir de vivre, et de construire un avenir à partir de valeurs intérieurement reconnues. Le problème des jeunes serait donc un besoin constant d’identification dans un environnement de mutations multiculturelles (p. 61, 73). La diffusion des modèles exogènes en matière d’urbanisation en Afrique serait à la base, selon Joseph Vincent Ntuda Ebodé, de certaines formes de violence qui s’y développent, puisque les choix urbanistiques se sont souvent appuyés sur des concepts inadaptés aux réalités économiques, socio‑culturelles, et aux capacités technologiques de l’Afrique. Le concept de ménage par exemple, équivalent de famille monogamique en occident, a été appliqué selon lui, sans ménagement en Afrique, dans un univers où la polygamie est pourtant la règle (p. 21‑22). Ces modèles exogènes d’urbanisation concourent à la production en ville de la violence frustrative, parce qu’il y a des écarts entre aspirations et besoins des citadins et réalisations en matière d’équipements urbains, de la violence colérique qui fondé sur un vif sentiment de frustration intérieure se manifeste particulièrement par des émeutes urbaines et des scènes de pillages collectifs, et de la violence instrumentale, qui caractérise les actions de coercition policière (p. 29‑32).

Les échecs significatifs en matière d’urbanisation, soulignent l’inadéquation des politiques publiques face à l’ampleur du phénomène urbain. Dans le domaine de l’emploi et du logement par exemple, le phénomène du squatting a été appréhendé dans plusieurs études comme symptomatique de l’échec des actions en matière de logement, et la croissance du secteur informel, comme échec des politiques publiques industrielles dans le développement d’un emploi urbain adéquat (p. 23). Par ailleurs, le chômage si largement répandu dans les villes, l’augmentation croissant du nombre de jeunes diplômés de l’enseignement supérieur sans emploi et en quête d’insertion urbaine, amènent de plus en plus les gens à remettre en question la formation académique et à plaider pour une formation supérieure professionnalisée. Cette quête est également, pour Gabriel Ndinga, une forme de violence, puisqu’elle semble vouloir exclure et dévaloriser les autres formes de savoir, accusées de fabriquer des chômeurs, à la seule faveur des formations techniques (p. 143, 152). La ville semble être également un espace qui donne particulièrement un terrain d’expression à la violence au sein de l’Etat. Cette violence légale de l’Etat est assorti du privilège de coercition légale  ; prisons, soldats, police, tribunaux, sont autant de moyens de violence que se donne l’Etat par sa constitution. (Atangana et Abéga :139) Pourtant, dit Joseph Boute, l’utilisation légitime de la force, les pratiques de contrôle et de sanction, ne peuvent pas, à proprement parler, être appelées violence, sinon lorsque les forces de l’ordre sortent des limites réglementaires de leurs attributions (Boute : 44). L’ordre dans la société est d’abord un ordre public, entendu comme un ensemble de règles garantissant le fonctionnement social dans l’absence de trouble et dans la paix civile. L’existence des forces de l’ordre permet ainsi de garantir le maintien de l’ordre et de la sécurité publique, par l’exercice légitime d’une contrainte physique et morale selon des règles dûment établies par l’autorité compétente. En partant d’une acception de la violence comme réaction contre l’ordre établi en vue d’obtenir un bouleversement de celui‑ci, réaction assortie le plus souvent d’actions spectaculaires et collectives, il apparaît qu’il peut exister toute une gamme de violence qui s’exerce à l’intérieur même d’un ordre social.

La diversité des formes de violences en rapport avec l’ordre social est particulièrement mise en exergue par la typologie que propose Joseph Boute. Il établit une distinction entre la violence systémique, la violence structurelle, et la violence symbolique. A l’intérieur d’un ordre établi, la violence peut être structurelle dans la mesure où elle résulte des actions et des injustices qui visent à maintenir des structures permettant l’emprise d’un groupe de personnes sur les autres, même lorsque cet ordre social ne fait plus l’unanimité (p. 43). Il y a ainsi en même temps, une dimension culturelle dans cette violence structurelle, qui en fait une violence symbolique. En effet, l’ordre établi peut, écarter des solutions alternatives pour ne garder que son ordre social proposé comme allant de soi, imposer un modèle qui finalement n’est ressenti comme réducteur que par ceux qui n’adhèrent pas à l’ordre établi, mais ses diverses modalités de concrétisation sont acceptées par les autres grâce à une intériorisation de l’orientation établie (p.47). Quant à la violence systémique, elle se réfère aux attitudes de prise d’aises que les gens ont vis‑à‑vis des «normes» admises et des obligations légales, cette sorte d’inacceptation occasionnelle ou habituelle des règles organisant les comportements dans les espaces‑temps quotidiens (p. 48). En restant dans la sphère de l’Etat et de l’ordre social, Lucien Ayissi s’interroge quant à lui sur le rapport entre corruption et violence. Il indique que même si le lien entre violence et corruption n’est pas évident a priori, il peut être perçu par exemple, à travers la dialectique qui s’établit entre corrupteur et corrompu, et qui consiste dans la contrainte pour les usagers des services publics à payer les services qu’on leur prête, et pour les prestataires des services à leur vendre leurs offices (p. 76). La corruption implique nécessairement de la violence par rapport à la régulation sociale, et prédispose à l’anomie, à l’anarchie et à l’inhumain (p.76). Il souligne que la corruption est non seulement solidaire de la violence, mais qu’elle est elle‑même une forme de violence puisqu’elle transgresse les normes établies et viole les droits de l’homme. La corruption vue comme « mode de conquête brutal, par une minorité agissante et désespérée, des richesses de l’Etat », est nécessairement selon lui, solidaire à la violence, et cette solidarité corruption/violence est bien illustrée par le phénomène de la feymania très répandu au Cameroun 1.

La ville en Afrique est aussi depuis l’ouverture de plusieurs pays à la «démocratie» dans les années 90’, le théâtre de violences et d’affrontements divers. La proclamation des résultats des premières élections multipartistes au Cameroun en 1992 par exemple, à cause des différentes contestations et d’accusations de manipulations des résultats, se déroula dans une atmosphère de confusion, qui déboucha sur des violences qui heureusement, ne s’étendirent pas beaucoup. Cependant, même si les violences ne débordèrent pas, ces élections furent traduites dans les représentations collectives d’une manière singulière (p. 89). Elles donnèrent naissance à des narrations empruntées au monde de la sorcellerie. La sorcellerie vue, dans ce cadre par Séverin Abéga, comme mode de verbalisation de certains conflits sociaux, a donné lieu à une forme de carthasis par un transfert de responsabilité. En effet, les mythes racontés à travers ces narrations tentaient apparemment d’expliquer la victoire d’un candidat ou la défaite de l’autre  ; la victoire du candidat élu était voulu, semble t‑il, par les puissances supérieures situées au‑delà des volontés humaines. Ces mythes apparaissent en définitive comme des justifications plutôt que comme des explications, puisqu’en mettant en scène les sorciers, on laissait au deuxième plan les accusations de manipulation des chiffres électoraux, et les critiques relatives aux stratégies politiques, et on atténuait le sentiment d’échec. La circulation des mêmes mythes dans des groupes qui se sont avérées antagonistes pendant les élections avec en arrière‑fonds des clivages ethniques, permit d’évacuer les tensions (p. 96). Mais la presse privée a joué un grand rôle dans ces clivages pendant la période électorale, à cause de l’inclination tribaliste de certaines lignes éditoriales, qui a conduit l’électorat à un repli ethnique et servi de catalyseur à l’identification de certains partis ou de certains leaders politiques avec des groupes ethniques (p. 91‑92). En effet, la presse privée joue, depuis l’avènement du multipartisme au Cameroun au début des années 90, caractérisé par la controverse, la violence et l’agitation, un rôle d’animateur voire d’instigateur de poids dans cette violence ambiante, par son engagement dans le combat politique, sa thématique, son langage et son traitement de l’information (Nga Ndongo, p. 101).

La ville apparaît dans les différentes contributions de cette livraison consacrée à la violence urbaine au Sud du Sahara, comme le terrain d’élection des confrontations, le lieu d’expression de la violence, le lieu où elle se déroule, le lieu où elle s’essore, le lieu où elle prend forme, le lieu où elle explose le plus souvent, le lieu où elle se formule, etc. (p. 139) Il est appréciable de remarquer que les contributions aient analysé le phénomène à partir des points de vue disciplinaires différents. On peut en revanche, regretter que la plupart des contributions n’aient porté que sur le Cameroun, même si quelques contributions ont touché d’autres villes africaines ou ont essayé de donner à leurs propos une plus grande portée.

En définitive, on peut se demander s’il existe effectivement des expressions proprement urbaines de la violence en Afrique. Si on ne se situe pas dans une perspective d’idéaliser le monde rural, il est possible en effet de tenter d’opposer les expressions de la violence dans le monde rural à celles de la ville. Sans aller jusque là, on peut se limiter à indiquer ici que le monde rural recèle bien évidemment ses formes de violences, qui pourraient  également faire l’objet de réflexions particulières, comme on l’a fait dans ce numéro sur les violences urbaines. Ceux qui parmi les ruraux choisissent de se réfugier en ville, y trouvent rassemblées d’autres formes et expressions de la violence. La taille des villes a quelque chose à voir avec l’accumulation et la diversification d’exercice de la violence qu’on y observe. Tel que le souligne Pérouse de Montclos 2, la violence accompagne toujours la croissance urbaine, en fait partie intrinsèquement, et en Afrique, le cosmopolitisme urbain semble être accompagné d’une dilution de l’autorité politique, et d’un relâchement du contrôle social.

Notes

1Les feymen sont des professionnels de la corruption, de l’arnaque et de l’escroquerie. Opportunistes, criminels, prétendus « hommes d’affaire », qui accumulent la richesse par n’importe quel moyen, ils sont des personnes qui vivent aux marges des normes socio‑politiques et aux confins de la légalité, et suscitent autant d’admiration que de crainte à cause de l’ostentation financière qu’ils affichent.
2Pérouse de Montclos, Marc‑Antoine, 2004, Villes et violence en Afrique noire. Paris, Karthala.
Haut de page
  • Logo LIT Verlag
  • Revues.org