Navigation – Plan du site

Pourquoi une « association euro‑africaine pour l’anthropologie du changement social et du développement » ?

Résumé

1 ‑ La tradition anthropologique académique a souvent privilégié la synchronie et les permanences. De son coté la sociologie, bien que concernée par le changement social, a le plus souvent considéré le développement comme étant l'effet de facteurs exogènes sans prêter assez attention aux processus sociaux internes. Nous désirons promouvoir le changement social comme un domaine de recherche générateur de perspectives nouvelles en anthropologie générale et fondamentale (ceci inclut bien évidemment les processus de "développement" en tant que constituant une forme historique particulière de changement social).

2‑ Les institutions de développement n'ont pas toujours les moyens scientifiques de prendre en compte la dynamique des sociétés qu'elles veulent transformer, ou de comprendre les processus sociaux impliqués dans les transformations en cours (dans le cadre des actions de développement comme en dehors) : nous désirons promouvoir l'anthropologie comme un partenaire pouvant contribuer de façon positive à ce que les opérateurs de développement fournissent des services de qualité à ceux auxquels ils s'adressent. A cet effet nous devons susciter des formes de collaboration plus satisfaisantes entre anthropologues et chercheurs ou techniciens d'autres disciplines.

Dans ces deux directions nous entendons d'abord impulser une vie intellectuelle, une réflexion critique, des débats, des confrontations, des propositions scientifiques. En découleront une réflexion et si possible une action en matière de formation, d'information et d'expertise.

1) Le changement social et le développement comme "objets" anthropologiques à part entière.

Bien sûr il ne s'agit pas de thèmes nouveaux, loin de là, et beaucoup d'anthropologues ou sociologues ont déjà travaillé sur de tels objets. Mais on doit reconnaître que ces travaux‑là restent dispersés, épisodiques, ou coincés dans le ghetto dévalorisant de l' "anthropologie appliquée" et de la "littérature grise".

On ne constate guère de débat scientifique, avec ses dimensions épistémologiques, théoriques, méthodologiques, sur ces questions, et c'est à cette situation que nous souhaitons remédier : le changement social et les processus de développement doivent être un des champs d'investigation de l'anthropologie "fondamentale", et l'une des bases de son dialogue avec les autres sciences sociales.

L'anthropologie générale y trouvera son compte à plusieurs niveaux :

  • par l'introduction d'une dimension diachronique trop souvent absente en anthropologie

  • par la prise en considération de pans entiers de la réalité sociale jusqu'ici délaissés par l'anthropologie ou considérés par la sociologie comme le simple résultat d'interventions extérieures

  • par un renouvellement théorique et méthodologique qui peut résulter d'un renouvellement des objets.

Ces nouveaux objets concernent aussi bien : (a) les phénomènes liés à des processus de transformation "spontanés", "informels", "inintentionnels", que : (b) les phénomènes liés à des opérations de développement proprement dites. Ces dernières doivent d'ailleurs être prises en compte autant du coté "développeurs" (l'analyse des institutions de développement) que du coté "développés" (l'analyse des sociétés locales), afin de s'attacher en particulier à leurs interactions. On peut proposer une liste indicative de ces nouveaux objets, que ce soit au niveau "micro" ou au niveau "macro" :

  • les stratégies d'acteurs, les logiques d'action, la gestion des contraintes ; les conflits entre normes, entre logiques, entre modes d'action ; les processus d'interaction entre acteurs et groupes, le développement comme "arène", comme "négociation"

  • les "réseaux" et modes "informels" de circulation des relations, de l'information, des valeurs, du pouvoir, des biens, des opinions, etc...

  • l'histoire sociale d'opérations de développement, l'analyse des chaînes de décision

  • les conceptions et représentations mobilisées ou impliquées par les politiques économiques et les actions de développement, et leurs variations selon les groupes sociaux concernés

  • l'histoire des interventions successives sur une zone donnée

  • les processus locaux d'innovation ou d'emprunt

  • la mise en perspective du "développement", sous sa forme actuelle, dans le cadre plus large de l'histoire économique et sociale de l'Afrique, et des processus a moyen terme et long terme de changements "spontanés" ou "induits"

  • les savoirs techniques populaires, les "ethno‑sciences", les modes d'apprentissages et de transmission des savoirs

  • la mise en place des dispositifs contemporains de développement, le rapport avec les idéologies nationales, les identités sociales, les institutions politiques

  • l'histoire des disciplines scientifiques dans leur association avec le développement : médecine coloniale, agronomie tropicale, animation rurale et ingénierie sociale, génie rural, ethnologie, etc...

  • les intervenants et professionnels du développement comme "objets" ethnologiques : les bureaux d'études et consultants, les agents de développement de terrain, les cadres nationaux et expatriés, etc...

Certains de ces thèmes ont déjà été étudiés ici ou la ou font l'objet de recherches en cours ; d'autres devraient être des chantiers prochainement ouverts ; certains restent encore a l'état de vœux pieux. Mais tous contribuent ou contribueraient a renouveler les thèmes classique de l'anthropologie, tout en restant fidèles (sans s'y limiter) a ce qui fait la spécificité de la démarche anthropologique : l'observation dite "participante", l'enquête qualitative longue "in situ", l'attention portée aux représentations et aux pratiques quotidiennes et discrètes, la prise en compte de l'ensemble du contexte social et culturel et la mise en relation de domaines de la réalité sociale habituellement disjoints... Bien évidemment cette démarche anthropologique n'est pas le privilège des seuls anthropologues : c'est pourquoi nous entendons nous adresser a tous ceux qui s'en inspirent ou qui s'y intéressent, quelles que soient leurs disciplines ou leurs fonctions.

2) L'anthropologie du changement social et du développement en tant qu'engagée dans un dialogue avec les opérateurs de développement.

Un tel dialogue implique que des anthropologues professionnels acceptent de sortir parfois du cercle de la recherche académique, pour mettre a l'épreuve des pratiques du développement leurs objets, leurs résultats, leurs méthodes. Cela implique aussi de reconnaître que cette mise a l'épreuve peut être parfois une mise en question, et peut enrichir en retour la recherche anthropologique elle‑même, y compris en dégageant de nouveaux thèmes de recherche issus de ce dialogue.

Mais l'enjeu est important : l'anthropologie a en effet des spécificités et une compétence qui doivent lui permettre de participer activement a l'amélioration des services que les actions de développement entendent délivrer aux populations concernées, quels qu'en soient les opérateurs.

  • L'anthropologie peut fournir une connaissance transversale aux multiples disciplines qui interviennent dans le développement et se "partagent" les projets : son propos n'est‑il pas de considérer l'ensemble des variables sociales et culturelles qui interviennent dans les interactions "développés/développeurs" ?

  • L'anthropologie peut apporter une compréhension fine des dynamiques des sociétés locales, des systèmes de décision et de pouvoir qui régulent les rapports à l'innovation et aux interventions extérieures, et des réactions différentielles de ces sociétés et de leurs composantes face aux opérations de développement

  • L'anthropologie enfin peut proposer une évaluation des actions de développement du point de vue des acteurs et groupes impliqués, et en particulier du point de vue des "destinataires".

Ces potentialités de la démarche anthropologique se heurtent bien sûr à différents obstacles. Ceux propres aux milieux anthropologiques eux‑mêmes : la tendance au superbe isolement de la science fondamentale ou le fréquent mépris du chercheur pour le "développeur" n'en sont pas les moindres. Ceux, nombreux, qui renvoient à des décisions ou des blocages de nature politique, dans les agences de coopération comme dans les pays africains. Ceux enfin qui ressortent de l'hégémonie de certaines disciplines scientifiques dans la définition et la gestion des projets de développement (en particulier l'agronomie, l'économie, la médecine). La découverte souvent récente par ces disciplines de l'importance des "facteurs humains" n'a pas nécessairement créé les conditions d'une saine collaboration : parfois on en est resté à une simple attitude incantatoire sur la prise en compte des "besoins des populations" ; parfois les intéressés ont considéré qu'ils pouvaient eux‑mêmes pratiquer une "do‑it‑your‑self‑ethnology" souvent plus fondée sur des bonnes intentions ou des stéréotypes scientifiques que reposant sur une réelle compétence ; parfois enfin il s'est agi d'utiliser de façon instrumentale et inappropriée les ethnologues en leur imposant des cahiers de charge contradictoires avec la démarche anthropologique elle‑même.

Pourtant, en dépit de ces obstacles ou de ces difficultés, il est possible d'identifier certaines convergences entre les préoccupations de nombreux anthropologues et celles de chercheurs d'autres disciplines ou d'intervenants du développement. On peut ainsi citer :

  • une prise en compte grandissante des "rationalités" des savoirs et pratiques des agriculteurs, eu égard aux contraintes qui s'exercent sur eux ou aux objectifs spécifiques qui sont les leurs.

  • une meilleure compréhension du fait que les "détournements" d'opérations de développement par les destinataires de ces opérations ne sont que les effets normaux de ce que produit nécessairement une intervention extérieure, en tant que fournissant des opportunités aux jeux de pouvoirs locaux

  • un souci grandissant de mettre en perspective historique les effets cumulés des actions de développement, et de les insérer dans la longue période des changements sociaux

  • une demande nouvelle pour une analyse et une évaluation "qualitatives" des institutions de développement elles‑mêmes, depuis les agences extérieures jusqu'aux groupements de producteurs, demande qui participe d'un intérêt croissant dans le champ du développement pour des thèmes relevant de la "sociologie des organisations" ou l'anthropologie d'entreprise".

Aussi devient‑il d'autant plus indispensable de créer les conditions d'un véritable dialogue tant entre l'anthropologie et les autres disciplines impliquées par le développement, qu'entre l'anthropologie et les différents opérateurs de développement. Ceci implique des formes de communication, de débat et d'action qui actuellement font défaut, et qui permettraient de mieux gérer les inévitables mais profitables tensions entre logiques de connaissance et logiques d'action, comme entre compétences anthropologiques et autres compétences scientifiques et techniques...

3) Des objectifs au service de ces deux dimensions

Qu'il soit tout d'abord clair que la juxtaposition de ces deux dimensions (l'anthropologie du développement et du changement social comme anthropologie "fondamentale" et comme anthropologie "appliquée") ne définit pas une orthodoxie : à chacun de les combiner à sa façon. Mais nous pensons que l'existence de passerelles aussi nombreuses que possible entre ces deux dimensions‑là non seulement est fructueuse mais encore est indispensable.

Aussi les axes de travail que nous nous donnons concernent‑ils indissociablement anthropologie "fondamentale" et anthropologie "appliquée" :

1‑ Créer un débat scientifique et une vie intellectuelle sur l'ensemble de ces questions

Débats et réflexions peuvent être menés à plusieurs niveaux :

  • recherches sur des questions d'ordre plus épistémologique et méthodologique liées à l'appréhension du changement social, et s'ouvrant sur l'état actuel de ces questions dans les sciences sociales. Les conditions du comparatisme, la mise au point de nouvelles méthodes de recherche empirique, la réflexion sur les indicateurs qualitatifs en sont autant d'exemples.

  • connexion avec les recherches sur le changement social et le développement menées à l'échelle de la communauté anthropologique internationale.

  • interventions dans le débat public autour du développement et des sociétés africaines

  • confrontations intellectuelles et scientifiques avec les autres acteurs du développement.

Semble donc souhaitable tout ce qui pourrait susciter ou impulser échanges, critiques ou dialogues, à l'échelle européenne et africaine. Les conditions difficiles et le fréquent isolement dans lesquels travaillent nos collègues africains rendent sans doute encore plus importante pour eux cette fonction d'animation intellectuelle et scientifique et justifient à eux seuls le caractère "euro‑africain" de cette association.

2‑ Assurer une meilleure formation à l’anthropologie du changement social et du développement.

L'état général actuel des universités européennes et africaines en ce qui concerne la formation à l'anthropologie en général et à l'anthropologie du changement social et du développement en particulier, laisse beaucoup à désirer.

En particulier la formation d'étudiants africains, assurée essentiellement par ces filières et donc le plus souvent dans de mauvaises conditions, est un problème particulièrement grave pour l'avenir. Il conviendrait aussi de réfléchir à ce que pourrait être une formation continue des chercheurs africains. souvent coupés des récents développements des sciences sociales et de l'anthropologie.

Mais une réflexion et une action sur les dispositifs de formation à l'anthropologie du changement social et du développement doit également prendre en compte d'autres types de publics que les futurs anthropologues professionnels : chercheurs d'autres disciplines, cadres nationaux et expatriés du développement, voire même agents de développement de terrain. De même l'intervention d'opérateurs du développement dans le cadre de formations universitaires serait souhaitable.

3‑ Assurer une circulation de l'information et une "capitalisation" des expériences

L'ampleur, la dispersion, et l'inégale valeur de la "littérature grise", la méconnaissance de textes, articles ou documents déjà anciens ou étrangers, la difficulté des sciences sociales à fonctionner de manière cumulative, la propension des ethnologues à ne publier qu'à destination de leurs pairs, l'absence d'information qu'ont les opérateurs de développement sur les connaissances anthropologiques qui pourraient leur être accessibles : autant de problèmes auxquels il serait fort souhaitable de chercher des remèdes...

Là aussi, les difficultés des chercheurs ou intervenants africains en matière d'information documentaire réclament un effort particulier.

4‑ Permettre de meilleures formes d'expertise et d'intervention d'ordre anthropologique dans les opérations de développement.

Il s'agirait là de rechercher les conditions les plus efficaces pour une participation d' anthropologues aux processus de développement : quels sont les lieux, étapes et niveaux les plus souhaitables pour leur intervention, quels sont les meilleurs rapports "qualité‑prix" de telles interventions, quels objets et méthodes de recherche doivent être encouragés ?

L'anthropologie du changement social et du développement en ses dimensions "expertise" ou "recherche‑développement" doit ainsi se définir dans sa différence tant avec les études ethnologiques fondamentales inutilisables par les opérateurs de développement qu'avec les travaux de bureaux d'études et les missions d'évaluation menées au pas de course ou sans compétence anthropologique aucune.

Il convient aussi de nouer un dialogue avec les institutions de développement publiques, privées, internationales, pour tenter de définir avec elles la place de l'anthropologie dans la préparation, la gestion, le suivi, et l'évaluation des projets.

L'A.P.A.D. se veut un simple moyen au service de ces différents objectifs. Elle se dotera à cet effet de divers outils (tels que bulletins, revue annuelle à thème, collection d'ouvrages, ateliers, séminaires, colloques, etc...), en collaboration avec les institutions, réseaux ou associations complémentaires.

  • Logo LIT Verlag
  • Revues.org