Navigation – Plan du site
Compte-rendus

Performances économiques et sociales, dynamique des organisations coopératives et de type coopératif (O.C.T.C) au Burkina Faso, Souleymane Soulama. Document de travail n° 3, Université de Ouagadougou, FASEG, CEDRES, Laboratoire d'études micro‑économiques, octobre‑novembre 1992,237 pp.

Jean-Pierre Jacob

Texte intégral

1Souleymane Soulama est économiste. Il enseigne à la Faculté des sciences économiques et de gestion (FASEG) de l'Université de Ouagadougou et est chercheur au Centre d'Etude, de Documentation et de Recherches Economiques et Sociales (CEDRES).

2Il a publié récemment un rapport consacré aux performances économiques et sociales de 103 organisations paysannes burkinabé, prises dans différentes zones géographiques et représentatives des divers types d'organisations présentes dans le pays (coopératives agro‑pastorales, caisses populaires d'épargne et de crédit, groupements villageois, groupements naam...). L'auteur, qui reprend en partie la méthodologie de M. Esman et N. Uphoff (Local Organizations. Intermediaries in Rural Development, Ithaca, Cornell University, 1984), étudie les relations entre des variables dépendantes caractérisant les organisations paysannes (leur formalisation, leur organisation, leurs résultats économiques et sociaux) et des variables indépendantes regroupées autour de deux rubriques : "contexte", (géophysique, socio‑démographique, économique et institutionnel, politique de l'Etat) et "caractéristiques structurales" (origine, nombre d'activités, nombre d'organes, taille, modalités d'adhésion, structure du membership).

3En synthèse, son étude insiste sur la faiblesse globale des performances des organisations paysannes burkinabé : écart d'au moins 50% d'avec les normes théoriques dans les domaines de l'administration, de la gestion et du réinvestissement des bénéfices, capacité financière médiocre ‑ moins de 10 000 F CFA par tête ‑, part du marché très faible pour ce qui concerne la commercialisation des produits autres que le coton. Parmi les facteurs explicatifs des performances, l'auteur souligne :

  • le poids de l'environnement institutionnel (État et ONG) dans l'amélioration de la formalisation (adoption d'un comportement conforme au modèle de référence) et de l'organisation (administration et gestion, mobilisation des ressources humaines) des associations,

  • l'importance de l'environnement physique (ressources naturelles, économiques et humaines) en insistant sur l'idée que plus l'environnement physique est favorable, plus le coût d'opportunité de l'adhésion à une organisation paysanne est élevé et donc moins ses performances sont bonnes,

  • l'importance des conditions de marché et l'incapacité qu'ont souvent les organisations paysannes d'être compétitives et de fournir à leurs adhérents des biens ou des services exclusifs,

  • l'absence de signification de l'origine (endogène ou exogène) dans l'explication des performances des organisations.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Pierre Jacob, « Performances économiques et sociales, dynamique des organisations coopératives et de type coopératif (O.C.T.C) au Burkina Faso, Souleymane Soulama. Document de travail n° 3, Université de Ouagadougou, FASEG, CEDRES, Laboratoire d'études micro‑économiques, octobre‑novembre 1992,237 pp. », Bulletin de l'APAD [En ligne], 5 | 1993, mis en ligne le 04 juin 2008, consulté le 28 mai 2017. URL : http://apad.revues.org/3483

Haut de page

Auteur

Jean-Pierre Jacob

IUED, Genève

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Bulletin de l'APAD

Haut de page
  • Logo LIT Verlag
  • Revues.org