Navigation – Plan du site
Lu et à lire

James Scott : Domination and the arts of resistance : hidden transcripts (1990, Yale University Press).

James Scott et le scénario caché des dominés.
Birgit Müller

Texte intégral

1Comment est‑il possible que tant de gens aient immédiatement compris ce qu'il fallait faire et qu'aucun n'ait eu besoin de conseils ou d'instructions ? (Vaclav Havel, président de la république tchécoslovaque) Dans ce livre, James Scott a commencé de donner des éléments de réponse à cette question qui est d'actualité après le renversement des régimes autoritaires dans les pays de l'Europe de l'Est. La clé de cette énigme réside dans le discours critique et subversif des dominés et opprimés qui est généralement soigneusement caché au regard et à l'écoute des dominants. Développé collectivement et dans des lieux non publics, ce discours constitue la source à laquelle puisent les paysans, les serfs, les esclaves, les prisonniers et d'autres groupes dominés pour développer leurs idées de justice sociale.

2L'idée du livre est née pendant ses enquêtes sur les rapports de classe dans un village en Malaisie (Weapons of the Weak : Everyday Forms of Peasant Resistance. Yale University Press 1985) durant lesquelles Scott avait pu constater que les pauvres lui tenaient un tout autre discours sur les rapports sociaux et économiques selon qu'ils étaient en présence d'un riche ou entre eux. Les riches, de même, parlaient d'une certaine manière aux pauvres et d'une autre manière entre eux. A partir de cette observation, Scott a examiné d'autres formes de domination à travers le monde et l'histoire pour retrouver le même hiatus entre l'idéologie officielle de domination (public transcript) et le discours caché des dominés (hidden transcript).

3Sa conception d'un discours subversif caché renverse la théorie de l'hégémonie idéologique de Gramsci et de ses successeurs. Gramsci postule que dans le capitalisme l'ouvrier est engagé dans des activités pratiques pour transformer le monde réel mais qu'il est en même temps pris dans une conscience théorique qu'il a hérité du passé et intègre d'une façon non critique. Cette conscience dominée le rend incapable de tirer des conclusions radicales de ses propres actions. Scott, par contre, souligne la capacité des groupes dominés d'inverser et de nier l'idéologie officielle. Il considère que les classes dominées sont plutôt moins contraintes au niveau des idées et de l'idéologie qu'au niveau de l'action et de la lutte politique, où l'exercice du pouvoir quotidien limite leurs options. D'autre part, la plasticité d'une idéologie hégémonique qui, par définition, prétend servir les vrais intérêts des groupes subordonnés, permet aux subordonnés de s'en servir pour faire valoir leurs propres intérêts tout en gardant les formes du discours officiel.

4Le discours caché prend une grande force dans le moment même où il est exprimé pour la première fois publiquement. Alors, les dominés peuvent réaliser jusqu'à quel point leurs revendications, leurs rêves et leurs chagrins avaient été partagés par d'autres subordonnés avec lesquels ils n'avaient pas été en contact direct. Les expressions publiques des mécontentements et aussi l'invention des alternatives sociales prennent alors une forme spontanée et parfois violente. Ils sont néanmoins le fruit d'un mûrissement lent, d'un échange d'idées lors de réunions informelles dans les cafés, sur les marchés et parfois sous des formes linguistiques déguisées. C'est ce mûrissement qui permet a leurs actions de prendre en fin de compte une direction commune.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Birgit Müller, « James Scott : Domination and the arts of resistance : hidden transcripts (1990, Yale University Press). », Bulletin de l'APAD [En ligne], 3 | 1992, mis en ligne le 06 juillet 2006, consulté le 24 avril 2017. URL : http://apad.revues.org/406

Haut de page

Auteur

Birgit Müller

Université de Berlin

Haut de page

Droits d’auteur

Bulletin de l'APAD

Haut de page
  • Logo LIT Verlag
  • Revues.org