Navigation – Plan du site
Présentation thèses

Trade and Traders : The Making of the Cattle Market in Benin, Paul Quarles van Ufford, Promotor : Prof. Leo De Haan, 1999, Nijmegen University

Depuis la fin des années soixante‑dix, la filière bétail‑viande en Afrique de l'Ouest est au centre des préoccupations. Suite à la grande sécheresse qu'a connue le Sahel en 1973‑1974, l'approvisionnement en bétail et viande de la côte ouest‑africaine fut fortement ralenti. Afin de répondre à une demande urbaine croissante, quelques pays côtiers ont alors développé l'importation de viande congelée en provenance d'Amérique Latine. Ces importations devenant structurelles, l'avenir du commerce régional de bétail est devenu l'objet d'inquiétudes de plus en plus vives. A la fin des années quatre‑vingt et au début des années quatre‑vingt‑dix, la situation s'aggrave à nouveau. Les exportations européennes de viande congelée qui bénéficient de fortes subventions exercent un "dumping" croissant sur le marché ouest‑africain. De nombreuses études relatives au fonctionnement de la filière ouest‑africaine du bétail et de la viande ont alors été menées. Pourtant, peu de travaux s'intéressent aux commerçants de bétail et à la façon dont ils organisent leurs activités. La présente thèse essaie de mettre ces commerçants au centre de l'analyse. Elle utilise des travaux récents, concernant d'autres secteurs de l'économie ouest‑africaine, qui montrent en particulier l'influence du contexte socioculturel, politique et économique sur les commerçants et sur leurs choix. Au carrefour de l'anthropologie, de la géographie et de l'économie, elle vise à préciser dans quelle mesure les stratégies des commerçants de bétail, qu'elles soient déterminées par des caractéristiques personnelles ou par des facteurs liés au commerce et à son contexte, ont contribué à la transformation du marché.

Le travail de collecte s'est déroulé au Bénin. Ce choix est tout d'abord dû à l'importance croissante de l'élevage dans les provinces du Nord de ce pays. L'augmentation du cheptel dans cette région s'explique en grande partie par l'établissement, depuis les années soixante‑dix, d'éleveurs nigériens et nigérians à la recherche de meilleurs pâturages pour leurs troupeaux. Le développement rapide de la production de coton depuis les années quatre‑vingts a également été un phénomène important, notamment via l'utilisation croissante de la traction animale.

La première partie de la thèse examine les différents thèmes de recherche qui seront développés dans leur contexte ouest‑africain. Ainsi, les principales caractéristiques des commerçants peuvent être définies par le capital économique, le capital social et le capital symbolique. La richesse ainsi que la position sociale du commerçant se mesurent non seulement par l'importance de son capital économique mais aussi par l'ampleur de son réseau de relations et par son prestige (identité) au sein de la communauté. Ces trois types de capital constituent des ressources utilisées dans l'organisation des activités commerciales.

La deuxième partie analyse l'évolution du commerce de bétail au Bénin depuis le début de ce siècle. Jusqu'aux années soixante ce commerce se caractérise par sa forte expansion. Celle‑ci s'explique en grande partie par les flux importants d'animaux destinés à répondre à la demande croissante de la côte ouest‑africaine. L'économie coloniale y est florissante et les revenus, notamment ceux des planteurs, sont en forte hausse. Cette expansion du commerce de bétail bénéficie aussi d'une amélioration des infrastructures routières et ferroviaires et d'une situation de plus grande sécurité. A partir des années trente et quarante, les premiers signes d'une profonde modification du commerce de bétail, qui s'achèvera dans les années quatre‑vingts, apparaissent. On assiste notamment à un changement structurel dans la composition de la communauté des commerçants de bétail. Alors que pendant la première moitié du siècle le commerce de bétail fut dominé par un nombre limité de commerçants allochtones, cette situation s'inverse petit à petit. Et dans les années quatre‑vingts et quatre‑vingt‑dix, il est aux mains d'un grand nombre de commerçants autochtones. Ce processus s'explique tout d'abord par les changements intervenus dans la structure du commerce, qui devient plus transparent. Du fait de l'augmentation continue de la demande de viande, il est, en effet, de plus en plus difficile pour une petite oligarchie de commerçants de contrôler l'ensemble des échanges. La création, depuis 1980, de plusieurs nouveaux parcs à bétail caractérisés par un mode d'organisation formel est un autre facteur explicatif important. L'accessibilité du commerce de bétail s'améliore donc considérablement. Et nombreux sont ceux qui saisissent l'occasion offerte par cette situation favorable et par une demande croissante en bœufs de traction (culture attelée) pour se lancer dans le commerce de bétail. Mais cette plus grande participation des autochtones aux échanges de bétail ne s'explique pas uniquement par l'évolution de la structure du commerce. Des changements internes aux différents groupes locaux y ont également contribué. En premier lieu, l'opinion des Bariba et des Peul, les principaux groupes ethniques dans le nord du Bénin, quant aux activités commerciales a sensiblement évolué. Un avis plus favorable et des changements dans leurs modes de vie ont rendu le commerce du bétail plus acceptable et plus accessible. Pour les Bariba, ces changements se sont concrétisés par l'augmentation de la production du coton, l'investissement des revenus dans le troupeau, l'utilisation de la traction animale et la familiarisation avec les différents aspects de l'élevage. Chez les Peul, deux phénomènes sont particulièrement importants : d'une part, le processus de sédentarisation et d'intégration dans l'économie monétaire, d'autre part, l'image des commerçants peuls nigériens, actifs au Bénin depuis les années quatre‑vingts.

Ces différentes évolutions sont la base du fonctionnement actuel du commerce de bétail au Bénin dont les caractéristiques principales sont analysées en termes d'offre, demande, prix, flux et frais de transaction. Le gain de transparence au fil du temps se reflète dans l'évolution des marges bénéficiaires ; elles ne dépassent plus aujourd'hui 20% du pourcentage de l'investissement total, contre 50% et même jusqu'à 100% dans les années soixante. Malgré cette tendance à long terme, des manques de transparence subsistent, tels que l'absence d'une standardisation des prix, le manque ou la défaillance d'un cadre légal et le manque de protection contre le non‑paiement des crédits. Ce sont autant de dysfonctionnements qui constituent des risques pour les commerçants et déterminent leur stratégies.

Par la suite, la thèse traite de la manière dont les commerçants pris individuellement ont accédé à ce commerce et la manière dont ils ont rempli les conditions préalables, à savoir l'acquisition d'un capital économique et social et d'un savoir‑faire suffisant. Afin d'acquérir ce capital, les commerçants ont recours aux relations familiales, font un apprentissage chez un commerçant établi ou investissent dans le commerce de produits agricoles et le petit commerce. Les itinéraires d'accumulation de ces commerçants établis ont été retracés et analysés, en mettant l'accent notamment sur les phases d'alternance entre réussite et échec.

La dernière partie de la thèse est consacrée aux stratégies développées par les commerçants afin de garantir et d'améliorer leur position commerciale. Les enquêtes menées montrent, à travers différents exemples, comment, pour atteindre cet objectif, les commerçants utilisent leur capital économique, social et idéologique, ainsi que leur savoir‑faire. Par exemple, un capital social élevé s'avère indispensable pour la contrebande de bétail en direction du Togo et du Nigeria. Les risques liés à cette activité conduisent les commerçants à établir des relations de confiance avec les bergers qui accompagnent et guident les troupeaux. Via le maintien de ces relations de confiance qui lient le commerçant à son berger et qui spécifient les responsabilités, le commerçant s'assure d'un bon déroulement de son convoyage du bétail.

Les commerçants de bétail engagent également leur capital idéologique et leur savoir‑faire afin d'obtenir des gains commerciaux. Leur capacité à mettre en jeu leur capital idéologique et leur savoir‑faire est non seulement facilitée par la structure même du commerce de bétail, mais contribue aussi à en déterminer la nature. Ainsi, le fait que les marchés terminaux de Cotonou et de Lomé soient visités exclusivement par les commerçants bariba (Cotonou) et peul (Lomé), peut être attribuée aussi bien au rôle majeur et non transparent des intermédiaires (landlords) qu'aux revendications ethniques faites de ces deux groupes. Ces revendications consistent à souligner des aspects spécifiques de l'identité ethnique (le capital idéologique) pour justifier la position dominante de l'un des deux groupes sur l'un des deux marchés.

Pour certaines types de commerce, disposer d'un savoir‑faire spécifique est nécessaire. C'est le cas par exemple du commerce de taureaux géniteurs et du commerce de bœufs de traction. Bien que ces deux types de commerce aient auparavant été dominés respectivement par les commerçants peul et bariba, des revendications ethniques justifient cette position, la diffusion plus générale des connaissances en matière d'élevage et de traction animale auprès les deux groupes concernés a entraîné l'écroulement de ces monopoles ethniques. Aujourd'hui, l'implication des Bariba et des Peul dans le commerce de géniteurs ainsi que dans le commerce des bœufs d'attelage s'est traduite par la naissance de nouveaux flux de bétail.

  • Logo LIT Verlag
  • Revues.org