Navigation – Plan du site
Débat

Décentralisation et développement local

Jean‑Pierre Olivier de Sardan

Texte intégral

1Une réaction, certes vive, de D. Gentil à un article de J‑P. Jacob paru dans le Bulletin de l'APAD n° 15 permet d'alimenter avec profit ici une rubrique "débat", qui inclut une réponse substantielle de J‑P. Jacob, et un bref commentaire de P‑Y. Le Meur. Que les protagonistes en soient chaleureusement remerciés : en sciences sociales, le débat argumenté est une composante essentielle de l'activité de recherche, qu'elle soit fondamentale ou appliquée. Or, si notre profession ne manque pas de conflits de personnes, il y a hélas trop peu de véritables débats explicites relatifs à des questions de recherche, à des options théoriques ou méthodologiques, ou à des interprétations empiriques. Le Bulletin de l'APAD n'a jusqu'ici guère été un lieu de tels débats, et l'on ne peut que souhaiter qu'il le devienne. Puisse donc la rubrique "débat" être désormais une rubrique permanente du Bulletin : à chacun de l'alimenter.

2Le thème de la présente polémique est de surcroît particulièrement opportun et ouvre sur des questions fort importantes, tant en termes de recherche qu'en termes de développement : comment les réformes de décentralisation en Afrique, dont la mise en place semble inéluctable, vont‑elles s'articuler avec les multiples organisations paysannes, comités de gestion, associations de développement, qui ont proliféré dans les campagnes africaines, à l'initiative le plus souvent de "projets" de tous ordres ? La municipalisation sera‑t‑elle une rupture, un réaménagement ou un prolongement de ces diverses formes d'organisation collective à vocation "participative", remplissant souvent déjà (ou étant censées remplir) des fonctions de "bien public" à l'échelle locale, ou relevant, au moins dans la perspective de leurs instigateurs, de l'empowerment ? Comment les "nouveaux notables du développement local" (courtiers, leaders paysans, responsables associatifs) vont‑ils s'insérer dans le dispositif de la décentralisation ?

3Jacob et Gentil partent de points de départ très différents. Jacob rappelle l'alternative majeure de la philosophie politique classique qui est réactivée par la décentralisation en Afrique (option libérale vs option communautarienne), Gentil insiste de son côté sur la non pertinence de la dichotomie "privé/public" et la nécessaire prise en compte de multiples formes intermédiaires. Tous deux disent plus, mais au‑delà des sensibilités, des expériences et des références propres à chacun, au‑delà des malentendus, des incompréhensions, ou des irritations, des interrogations fondamentales sont posées par l'un et par l'autre. Sur ce thème, le débat n'est donc pas clos.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean‑Pierre Olivier de Sardan, « Décentralisation et développement local », Bulletin de l'APAD [En ligne], 17 | 1999, mis en ligne le 03 octobre 2006, consulté le 22 juillet 2017. URL : http://apad.revues.org/491

Haut de page

Auteur

Jean‑Pierre Olivier de Sardan

EHESS‑CNRS, 2 rue de la Vieille Charité, F‑13002 Marseille (France). Tel. +33 (4) 91 14 07 53. Fax. +33 (4) 91 91 34 01. jpos@ehess.cnrs‑rnrs.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Bulletin de l'APAD

Haut de page
  • Logo LIT Verlag
  • Revues.org