Navigation – Plan du site
Présentation thèses

Colonisation agricole spontanée et milieux sociaux nouveaux : la migration rurale dans le Zou‑Nord au Bénin, Honorat A. Edja, Thèse de Doctorat en Sociologie du Développement, Direction : Prof. Thomas Bierschenk, Stuttgart, Universität Hohenheim.

L'objet de l'étude est le mouvement de colonisation agricole spontanée du Zou‑Nord au Bénin. Les analyses ont porté sur la problématique de l'innovation organisationnelle et agricole. Trois hameaux ont servi de sites d'étude de terrain. Ce sont Boubouh à 7 km à l'ouest de la ville de Savè et les hameaux de Katakou et Dani tous deux situés au sud‑est de cette même ville, respectivement à 7 et 9 km. Les trois hameaux sont essentiellement occupés par des migrants ruraux qui ont colonisé des espaces contigus aux villages des autochtones. L'immigration dans le Zou‑Nord est une convergence de courants divers de populations rurales. Parmi ceux‑ci, deux se font nettement distinguer : les migrations venant du nord‑ouest et celles qui prennent départ du sud du pays. Les causes de ces dynamiques de populations sont diverses. Certaines sont d'ordre historique. La politique coloniale de répartition de la population, le développement forcé de cultures, l'expropriation de terres en sont quelques‑unes. Mais il y a également les motivations d'ordre économique. L'économie vivrière de la partie centrale du Bénin a joué un rôle important dans la stimulation des mouvements. D'ailleurs cette colonisation des terres débute à la fin des années 50 à la faveur de l'accroissement de la demande alimentaire dans les villes et l'émigration des autochtones vers les régions côtières du sud (notamment au Ghana, en Côte‑d'Ivoire et au Nigeria). Le tournant des années 70 marque la phase de recrudescence des mouvements purement spontanés de colonisation des terres du Zou‑Nord. Cette période consacre aussi le début du retour des migrants entre‑temps allés vers les zones de plantations au sud. Les autres causes sont liées aux disponibilités foncières encore existantes de la région, à l'écologie particulière du Zou‑Nord (position de transition entre le nord et le sud), au dynamisme de ses marchés et surtout au commerce frontalier actif. Mais derrière ce mouvement se cache en réalité une dynamique sociale au caractère singulier. Le mouvement à l'œuvre s'accompagne d'un processus de construction sociale chez les migrants. Les formes sociales de l'organisation des communautés naissantes ne sont pas identiques aux modèles des régions de départ des migrants, ni à ceux des autochtones‑hôtes. La construction sociale qui prend ici effet est le produit d'une mise en œuvre de règles spécifiques de fonctionnement de ces sociétés. Ces règles, variables selon les contraintes sociales et économiques des sites d'accueil, sont largement édictées par les migrants eux‑mêmes. Elles sont indépendantes de stéréotypes comme l'appartenance à une même région d'origine, à un même groupe de migrants ou à une classe d'âge donnée. Il existe au moins quatre modèles organisationnels traditionnels à l'échelle villageoise. Dans certains hameaux, l'essentiel de l'autorité coutumière est exercé par le chef migrant. Le chef occupe sa position en raison de son rôle d'intermédiaire entre les habitants du hameau et les détenteurs de droits coutumiers sur les terres. Ensuite, il y a les hameaux composés de corporations de migrants qui se déplacent en groupes homogènes de paysans pratiquant les mêmes activités agricoles. Ces migrants sont dotés d'institutions préétablies qui se répliquent et s'adaptent aux conditions du site de l'installation. Le troisième modèle concerne les hameaux occupés par les groupes factionnels de migrants. Tout se passe ici comme si les migrants concernés viennent sur les sites colonisés pour mettre prioritairement en place des projets politiques autour desquels ils se retrouvent sur la base de critères variés. Enfin, il y a ce qu'on peut appeler les hameaux à big men au sein desquels la conquête d'un espace de pouvoir est conditionnée par l'implication du postulant dans la résolution de certains problèmes de l'immigration spontanée (problèmes de marchés. d'acquisition de la terre, d'assistance du nouveau venu dans les premières phases de son installation, etc.). Les innovations dans le système de cultures sont nombreuses. Les changements dans le domaine de l'agriculture ne se réduisent pas à l'introduction de cultures et variétés nouvelles. D'importants changements, possédant une dimension d'intensification existent dans les activités de production et de commercialisation de produits agricoles. L'adoption et la diffusion des innovations sont analysées dans l'étude comme des faits sociaux interpellant des groupes précis d'adoptants. L'innovation agricole garde en effet d'autant plus de chances d'être adoptées qu'elle œuvre à la reproduction de la structure adoptante. Les innovations agricoles générées contribuent à la structuration de l'espace social. Elles offrent des ressources qui peuvent être mises au service des rapports de clientèle. L'apparition de liens verticaux d'échanges dans les fronts d'occupation des terres du Zou‑Nord se comprend lorsque l'on sait que l'apport de solutions aux problèmes de cette immigration spontanée relève essentiellement de l'initiative des migrants. Le fonctionnement en réseaux est aussi un fait remarquable. Les réseaux recoupent les échelons du hameau, du marché et du milieu englobant direct des migrants. La colonisation des terres du Zou‑Nord est un fait d'extension de réseaux à partir de points stratégiques que sont les régions d'origine des migrants et les principales places de marché (Glazoué, Ouessè, Savalou). Les hameaux et villages colonisés sont des lieux de juxtaposition de réseaux divers. Chaque réseau possède sa propre logique de fonctionnement. Les acteurs sont aussi bien les migrants, les agents de marché, les détenteurs de droits coutumiers sur les terres que les agents de services étatiques et privés. La problématique foncière est une des plus importantes. Autour du foncier, il se construit un champ politique local dont les acteurs naissent et se recomposent perpétuellement. L'accès à la terre est géré selon un régime local. Les rapports (à composante foncière) d'autochtones à allochtones sont le signe de l'amorce d'un processus politique caractéristique des zones frontalières. L'immigration qui se déroule ici est la marque d'un entrepreneuriat économique, mais surtout social et politique. En somme l'immigration rurale dans le Zou‑Nord nous donne l'image d'un champ où se jouent divers enjeux. Les principaux éléments de ces enjeux sont cristallisés autour de la terre et la main‑d'œuvre agricole. Ces deux facteurs sont d'importants goulots d'étranglement dans l'avancée du mouvement. Si l'on sait que cette immigration est aujourd'hui une des plus importantes en terme de création d'emplois pour les jeunes ruraux venus de régions diverses du pays, on comprend la nécessité de mieux la connaître et d'y apporter des solutions à certains de ses problèmes.

  • Logo LIT Verlag
  • Revues.org