Navigation – Plan du site
Thèses

Roch L. Mongbo, The appropriation and Dismembering of development intervention Policy, discourse and practiee in the field of rural development in Benin, Université de Wageningen (Pays‑Bas), 1995

Ce livre traite d'un Programme de développement communautaire. Autour de ce programme, une discussion théorique est engagée sur les processus de reproduction des discours et des pratiques d'intervention pour le développement Le développement rural y est vu et conçu comme un champ d'interactions sociales. La discussion théorique s'articule sur les actions engagées autour de ce programme dans les bureaux ministériel, dans l'institution d'intervention (le GARDER) et surtout aussi dans les villages.

Le programme de Développement Communautaire, encore dénommé Programme de Redynamisation des villages a été conduit de 1989 à 1993 dans les six départements du Bénin et dans cinq à huit villages par département. Il a été exécuté par les Carder. Ceux‑ci détenaient alors un quasi monopole sur les interventions pour le Développement Rural de 1975 (date de leur création) jusqu'au début des années 1990, fin du régime marxiste‑léniniste.

Le Programme se donnait pour but de dynamiser nos villages qui hier florissants, étaient devenus des cités mourantes. Le Programme se présentait comme étant participatif et se voulait développer une approche originale d'amélioration des conditions de vie des populations rurales après que les projets exécutés jusque là ne soient parvenus à sortir les populations rurales de la pauvreté.

Le soutien populaire au Régime marxiste‑léniniste était alors au plus bas du fait de la crise économique et socio‑politique particulièrement sévère au Bénin à la fin des années 80. Le programme semble être la contribution du Ministre et de son entourage à la campagne lancée par le régime pour regagner une certaine adhésion populaire.

Les instructions ministérielles supposées lancer une nouvelle approche de développement arrivèrent au CARDER‑Zou. Elles furent traitées dans un cadre et une culture d'intervention d'État développés sous l'administration coloniale et reproduits depuis lors durant le processus de création d'un Etat‑Nation sur l'hétérogène territoire colonial Dahoméen. Ainsi, dans le département du Zou, le programme démarra par une phase d'initiation durant laquelle, malgré une rhétorique participative qui semblait conforme aux instructions du Ministre et au langage en vogue, des plans de développement quasiment standard furent formulés pour les huit villages. Ces plans donnaient par ailleurs une image cohérente du CARDER et de sa structure.

Mais derrière cette image se cachaient des situations conflictuelles et le programme a contribué à en générer de nouvelles. Il consolida des alliances et des leaderships et en fit émerger de nouveaux, parfois ad hoc parfois plus durables. Ceux‑ci constituèrent selon des préoccupations et des critères divers et souvent inavoués ; région d'origine, appartenance ethnique, religion, relations de parenté, relations patron‑client, perspectives de carrière, problèmes au sein de la famille, et parfois seulement selon des questions techniques. Ainsi, dans la prise de décisions présentées comme étant des politiques de l'Etat, les interactions entre acteurs impliqués dans le Programme de Redynamisation des Villages ont été déterminantes. Le programme fut l'objet d'un processus de transformation en fonction des critères et préoccupations citées ci‑dessus. Les organigrammes réels d'exécution du programme différèrent de l'organigramme officiel. Ce processus de transformation sert de révélateur des réalités sociales cachées du CARDER‑Zou tandis que l'institution se donne une image correspondant à la dernière mode en matière de langages et de pratiques du développement.

Dans les villages, l'exécution du Programme de Redynamisation des Villages prit des formes diverses ayant peu de rapport avec ce qui était prévu et ne correspondant pas aux instructions régulières du Directeur Général ou du personnel de suivi. Les actions entreprises au nom du programme et plus encore les mises en œuvre quotidiennes de ces actions ont varié d'un village à l'autre selon les rapports de force entre acteurs politiques locaux, les interventions récentes dans lesquelles le village a été impliqué, les contingences de la vie quotidienne des acteurs concernés, les intérêts particuliers du RDV chargé de l'exécution du programme au niveau du village et bien d'autres facteurs.

A Togoudo, le Programme de Redynamisation des villages a engagé des actions de deux types : la construction d'infrastructures socio‑économiques villageoises d'une part, la constitution de groupements autour d'activités génératrices de revenus d’autres parts. Les villageois avaient déjà démarré la construction d'infrastructure socio‑économique villageoises avant l'arrivée du RDV : un magasin d'intrants agricoles (essentiellement pour le coton), une case d'accouchement, un module de trois classes pour l'école du village, l'entretien des puits et pompes d'eau potable étaient à la charge du Groupement Villageois (association des producteurs de coton) et des villageois qui se cotisaient Le RDV à son arrivée, profitant de la pression exercée sur le conseil d'administration du GV par des jeunes du village membres du PCD (Parti Communiste du Dahomey), fit valoir ses compétences de spécialiste de l'Action Coopérative et parvint à accéder à la scène publique du village. Il s'inséra dans les affaires villageoises et se fit attribuer l'autorité de suivre la gestion des ressources du GV, ce qui lui permit de faire allouer une part importante de ces ressources à ce qu'il appelait le développement du village. Cette autorité fut maintes fois contestée et défiée par les villageois comme par les autres agents du CARDER qui vivaient l'intervention du RDV comme une remise en cause de leurs prérogatives et de leur position hiérarchiques dans le village et au sein du CARDER.

Pour le Secrétaire du GV, quelques autres membres de son Conseil d'Administration et certains agents du CARDER qui avaient des intérêts dans le statu quo, les intrusions du RDV dans la gestion du GV étaient intolérables. Ils firent plusieurs tentatives pour que des ressources du GV soient allouées à des usages différents de ceux dont il avait été convenu en Assemblée Générale et de ceux qui étaient consignés dans le règlement intérieur du GV. Ils firent en sorte que s'accroissent la part des revenus du GV allouée aux membres du Conseil d'Administration de même que les frais de fonctionnement du GV. Ils lancèrent également une opération d'allocation de crédit aux producteurs pour la récolte de coton. Bien que certaines de ces actions se soient révélées pertinentes et aient contribué à résoudre des problèmes critiques chez certains producteurs, ces décisions d'allocations alternatives des revenus du GV n'étaient pas fondées sur la conviction que ces revenus contribueraient ainsi mieux au développement du village. En réalité, la motivation première était de gêner les plans du RDV.

Les groupements d'hommes et de femmes conduisant des activités génératrices de revenus étaient officiellement présentés comme des groupes coopératifs ou pré‑coopératifs de paysans pauvres travaillant ensemble et partageant le produit de leur labeur sur une base équitable. En fait, ces groupes étaient constitués de parents ou de membres sélectionnés par des leaders selon leurs propres critères. Les gens qui auraient été placés au bas de l'échelle socio‑économique localement définie n'en faisaient presque jamais partie. Les activités économiques collectives y étaient réduites au minium. Pourtant, au sein de ces groupes, des sous‑groupes informels s'étaient constitués autour d'activités et de préoccupations spécifiques et pour leurs membres, ces dernières contribuaient plus à leur survie et à leur réussite. Mais le RDV ne semblait pas en être informé.

A l'image de sa 'digestion' au niveau du CARDER le programme de Redynamisation des villages a favorisé la reproduction de conflits ainsi que l'émergence de groupes et de leaders parmi les acteurs villageois et les agents locaux du CARDER. Comme il l'avait fait pour les infrastructures socio‑économiques, le RDV s'inséra dans la dynamique existante de constitution de groupements. Ces groupes s'inspiraient de principes et de logiques disparates, selon des modes diverses et des opérations d'intervention pour le développement variées. Il en découlait des modes de mise en place de groupements et de gestion coopérative que le RDV, en tant que spécialiste en la matière, ne devait pas considérer comme compatibles avec les règles de l'art. Néanmoins, il se trouva de bonnes raisons pour se laisser 'embarquer' dans ces groupes : lors de ses contacts avec le personnel de la Direction du CARDER et avec des bailleurs de fonds potentiels, il s'appropriait entièrement les activités démarrées par les groupes, utilisait ses compétences rhétoriques pour masquer les lacunes qu'il voyait dans les principes de constitution de ces groupes et présentait tous ces événements comme le fruit de son Programme de Redynamisation dans le village.

Tout compte fait, les activités sensées 'transformer nos villages mourantes en cités dynamiques' couvraient des aspects très marginaux de l'économie locale. La plupart ne concernaient en outre qu'une gamme limitée de catégories socio‑économiques, et excluaient celles‑là même qui sont en train de lutter pour maintenir leur fête au dessus de l'eau.

Les présentations rhétoriques du programme et du CARDER servent à la reproduction de l'intervention plutôt qu'au développement dont elles sont sensées rendre compte. Elles recyclent pour cela de vieux jargons et créent leurs propres réalités. Dans les villages comme au sein du CARDER par contre, le programme n'est pas jugé pertinent par les différentes catégories d'acteurs. Il leur arrive d'en oublier jusqu'à l'existence même Du dit programme. Si des changements sociaux se produisent dans ce contexte particulier, c'est que des morceaux issus du dépeçage du paquet que constitue le programme (ses discours et se dispositions matérielles) sont incorporés dans les préoccupations quotidiennes des acteurs et dans leurs stratégies personnelles.

Ces morceaux réapparaissent sur diverses scènes locales du champ du développement rural. Ces scènes ont peu à peu émergé de par la mise en œuvre de conceptions normatives et intéressées du bien‑être du monde rural et elles se sont cristallisées en arènes et terrains du développement. Elles ont au m des temps constitué un champ spécifique d'interactions sociales au sein duquel décideurs politiques, praticiens du développement, spécialistes des sciences sociales et producteurs ruraux engagent des négociations et des luttes sur leurs intérêts individuel et collectifs. Les morceaux de ce paquet peuvent alors être recherchés dans ces diverses arènes et terrains où les gens se rencontrent pour traiter de questions à leurs yeux importantes et qui semblent parfois ne rien avoir de commun avec le programme lui‑même.

Un trait caractéristique d'un tel champ est la circulation chaotique de l'information, du fait des divergences d'intérêts et des écarts entre discours et réalités. Ceci découle en fait de constructions stratégiques ou spontanées/tactiques des acteurs impliqués. En tentant de combler ces 'lacunes' et même en ne tentant que d'en rendre compte, praticiens du développement tout autant que chercheurs en sciences sociales entrent dans le champ du développement rural comme parties prenantes, concernés eux aussi par ses enjeux et leurs propres intérêts.

  • Logo LIT Verlag
  • Revues.org