Navigation – Plan du site
Thèses

Pierre‑Joseph Laurent, Le don comme ruse. Une traduction anthropologique de la coopération au développement, dissertation doctorale en vue de l'obtention du titre de Docteur en Etudes du Développement, Université Catholique de Louvain, Faculté des Sciences Economiques, Sociales et politiques. Département des Sciences de la Population et du Développement, Institut d'Etudes du Développement, 1996, 364 p.

Le texte décrit l'essor difficile d'une fédération d'associations villageoises (l'Entente Wend‑ Yam) constituée par un groupe de jeunes Mossi habitant plusieurs villages des environs de Ku1kinka dans l'ancien royaume d'Oubritenga au Burkina Faso. Fomentée à partir des années 1972, l'Entente prendra son véritable élan à partir des années 1985‑1990 et se consacrera à développer des activités classiques d'aide aux populations locales (association de culture, banque de céréales, petit élevage, soins de santé primaires...). Avec minutie, P.J. Laurent nous livre l'ensemble des affres et des péripéties que traverse l'Association dans ses tentatives de captation de l'intérêt des bailleurs des fonds, en soulignant que ses leaders (les quelques personnes dont il nous présente la biographie dans son chapitre 2) ont à faire face à des handicaps majeurs :

  • ils ne sont pas particulièrement doués dans le maniement des papiers et la phraséologie à la mode dans le monde du développement (voir p. 253 et suivantes, les difficultés décrites devant [kosg sebre], la "demande", en fait la requête de financement d'activités, et les tentatives d'esquive devant celle‑ci.

  • ils veulent rompre dans une certaine mesure avec l'organisation sociale mossi, notamment pour tout ce qui concerne l'impossibilité d"'être ensemble" au delà du quartier (ils créeront des associations villageoises puis une fédération qui regroupera jusqu'à soixante villages et 14000 membres).

La thèse principale de P.J. Laurent (cf. le titre donné à sa dissertation) est qu'incapables de faire face aux normes théoriques qu'imposent le développement (normes d'élaboration des requêtes, difficultés intellectuelles de compréhension de ce que les développeurs veulent vraiment, impossibilité de se situer dans l'espace‑temps social propre aux projets), les paysans leaders de Wend‑Yam déplacent le débat avec les intervenants sur un terrain qu'ils maîtrisent, celui de la tradition mossi, et suscitent durablement leur intérêt par l'usage du don. Par don, il faut comprendre ici la mise en place par les populations de mécanismes institutionnels ou d'infrastructures qui anticipent sur l'attente des développeurs et fournissent à ces derniers des garanties indéniables sur l'état de motivation et de mobilisation des premières. Ces anticipations font faire aux intervenants l'économie du doute sur la demande et sa fiabilité, et les prédéterminent à accepter d'appuyer des initiatives aussi courageuses. Dans ce contexte, soutient l'auteur, le don permet souvent de contourner le scenario classique de la demande formelle d'appui que les paysans craignent tellement, parce qu'ils n'en maîtrisent ni le savoir‑faire, ni n'en approuvent (probablement) le contenu "performatif'. Wennegoundy Zoungrana, président de W end‑ Y am dit, de manière fort révélatrice (p. 306) : "Les bailleurs suivent leurs objectifs et les paysans les aident à les remplir. Les bailleurs mènent leur politique pour obtenir le pouvoir. Les bailleurs doivent laisser les associations paysannes avec les problèmes de dossiers. Si nous savions écrire des projets, nous ne serions pas paysans.

Trois exemples de don sont évoqués par l'auteur :

  • d'abord, et bien qu'il ne la présente pas explicitement comme telle, la constitution de l'organisation elle‑même peut être considérée comme un don. Elle se construit en effet en dehors de toute initiative externe et en bravant les menaces d'une communauté jalouse, qui ne peut manquer de tenter d'attaquer en sorcellerie les membres de l'Entente ou essayer de paralyser leurs activités (l'ethnologue rapportera qu'il a été lui‑même victime d'une tentative d'empoisonnement à ses débuts sur le terrain, lorsqu'il voudra aider l'association en voie de constitution),

  • ensuite, la construction d'un bâtiment tôlé, financé par un prêt bancaire et qui servira deux fois, l'une pour permettre l'installation d'une PMI, l'autre pour l'implantation d'une banque de céréales, chacun des intervenants étant tenu dans le secret des démarches parallèles menées avec l'autre, le bâtiment étant présenté tour à tour (avec force ruses et quiproquos du plus haut comique) comme lieu idéal de stockage ou de soins aux femmes et enfants,

  • enfin, l'installation d'une porcherie, financée également grâce à un prêt bancaire, dont les résultats économiques désastreux seront soigneusement cachés au bailleur de fonds venu identifier de nouveaux projets sur le terrain.

Le développement de cette problématique du "don comme ruse" permet à l'auteur de pousser deux arguments qui lui tiennent à cœur, et qui vont à l'encontre de certaines analyses récentes d'anthropologie du développement (cf. par exemple, l'ouvrage Les associations paysannes en Afrique, 1994) :

  • l'un sur l'inexistence d'un marché de l'aide. Alors que pour nombre d'anthropologues il existe, au moins métaphoriquement, un marché de l'aide (même si ce marché est dominé par l'offre), pour P.J Laurent, il n'y aurait pas de rencontre entre la demande et l'offre, pas d'adéquation entre les exigences et la clarté apparente des donateurs et les sentiments confus et le manque de savoir‑faire des éventuels bénéficiaires, et donc il n'y aurait pas lieu d'analyser le rapport développeurs/développés sur le modèle de la coordination marchande. Si une certaine rencontre a lieu cependant entre les deux groupes, c'est en ayant recours, du point de vue des paysans, moins à la figure du marché qu'à celle de l'institution communautaire, qui fournit le modèle de création du lien social au travers du don, largement utilisé, comme nous le mentionnions auparavant, par la fédération Wend‑Yam. La coopération, dit l'auteur, ''fonctionne de l'ignorance de l'autre" et de l'entretien de cette ignorance, et il en tire une définition du développement qui devrait avoir beaucoup de succès : "Le développement est un opérateur symbolique comme la paix, les droits de l'homme, tous trois mobilisateurs d'énergie humaine. Ils invitent à "l'œuvre conjointe" sans pour autant avoir à s'accorder préalablement sur le partage d'un même sens. Le vague, le flou, l'imprécision, attribuent au mot un pouvoir de suggestion ou encore d'évocation qui le rend d'autant plus efficace" (p. 247‑248),

  • l'autre sur la sociologie des organisations paysannes, l'auteur reprenant à son compte une dichotomie, fortement contestée par certains chercheurs, entre organisations exogènes "opportunistes", "rarement paysannes", dirigées par des courtiers et des associations endogènes, "réellement populaires", qui seraient statistiquement dominantes en pays mossi, marquées par une absence de maîtrise des modes en vigueur au sein de la coopération et une incapacité à formuler des projets. Pour la période qu'il étudie, l'auteur range bien évidemment Wend‑Yam dans la seconde catégorie, en insistant sur le fait (p. 292) qu'elle ne sert pas seulement à la "monstration" vis‑à‑vis des donateurs, mais qu'elle travaille également à fonder un "entre‑deux", une sorte de compromis entre la communauté villageoise avec ses hiérarchies et ses règles et un groupe de jeunes Mossi désireux d'une émancipation, d'une identité nouvelle qui ne se disent d'ailleurs jamais comme telles. Il est probable que cette double fonctionnalité explique en partie l'absence de "professionalisation" de l'organisation paysanne.

  • Logo LIT Verlag
  • Revues.org