Navigation – Plan du site
Thèses

Sylvestre Ouédraogo, Contre‑performances des banques de céréales : une analyse économique par la théorie des coûts de transaction, thèse de doctorat de troisième cycle es Sciences Economiques, Faculté des sciences économiques et de gestion, Université de Ouagadougou, 1996, 218 p.

De manière originale, la thèse de Sylvestre Ouedraogo applique les outils méthodologiques propres à l'économie néo‑institutionnelle (Williamson, Arrow, Brousseau) pour analyser les banques de céréales (BC), une des institutions‑clés du développement rural burkinabè (et plus largement ouest‑africain). A contrario cependant de la revalorisation que cette école impose généralement à la notion d'organisation, S. Ouedraogo démontre dans son texte l'inefficience des BC à se doter d'une structure et d'un système de gestion qui leur permettent de remplir leurs objectifs (la cession, à prix inférieur au marché, des grains nécessaires aux consommateurs au moment de la soudure). Son hypothèse principale (p. 93) est que l'activité de commercialisation des céréales n'est pas adapté au mode de coordination des organisations de type BC et que le marché privé permet dans ce cas, des performances supérieures. Ses hypothèses secondaires approfondissent cette thèse en développant les points suivants (cf. p. 93) :

  • l'approvisionnement anticipé, le stockage des céréales et les modalités de leur cession entraînent des coûts de transaction élevés pour la BC, ce qui conduit à une absence de performance de l'activité ;

  • les BC continuent de fonctionner parce qu'elles sont maintenues à bout de bras par l'Etat ou les ONG car si les BC devaient internaliser leurs coûts de transaction, elles ne pourraient pas fournir de services à des conditions avantageuses à leur clientèle, le marché privé leur étant de ce point de vue, largement préférable.

Après une présentation de la méthodologie d'analyse et des différents concepts propres au néo‑institutionalisme et à la sociologie des organisations, S. Ouedraogo examine les attributs des coûts de transaction (spécificité des actifs, coûts d'exécution des contrats et coûts de gouvernance) pour les trois opérations‑clés d'approvisionnement, de stockage et de cession des céréales. Les tentatives de cotations ‑toujours difficiles à réaliser dans le cadre d'une approche qui reste largement qualitative‑ montrent, par comparaison avec le commerce privé, des coûts de transaction relativement élevés en défaveur du secteur BC, ce qui confirme l'hypothèse de départ. S. Ouedraogo conclut sur "l'impossible mission de la BC pendant une année de bonne ou de mauvaise pluviomètrie" (p. 124) et montre que l'institution BC qui fonctionne sur le principe d'un différenciel de prix entre la période d'achat (prix faible) et celle de la soudure (prix généralement élevé) est confrontée à deux types de problèmes :

  • un besoin d'approvisionnement pour rupture de stock pendant les années de mauvaises récoltes, lorsque le principe du différenciel est respecté,

  • des invendus souvent importants pendant les années de bonnes récoltes, lorsque le principe du différenciel est remis en question.

Au delà de l'exercice d'application d'une méthode d'approche de l'économie qui rompt avec le calcul économique classique (calcul marginal) et avec le prédicat de la supériorité dans tous les cas du système de régulation propre au marché sur les autres (organisation, hiérarchie), la thèse de S. Ouedraogo est intéressante en ce qu'elle permet de repenser certains thèmes sur lesquels les idées reçues sont légion. Nous en listerons trois ci‑dessous :

  • le thème du commerçant privé spéculateur et usurier (p. 30‑32) : ce thème, ancien en Afrique de l'Ouest, et qui est repris périodiquement par les Etats et les intervenants externes, est sérieusement battu en brèche par S. Ouedraogo, décrivant un commerce privé qui reste performant et efficace dans un contexte difficile (mauvais état des pistes, perturbations constantes de la demande et de l'offre dues à l'aide alimentaire, multiplicité des intermédiaires) et assure la quasi‑totalité des transactions céréalières grâce à des marchés de clientèle et à une bonne maîtrise des circuits de commercialisation. Par contraste, l'auteur nous dit que les banques de céréales des régions déficitaires n'arrivent pas à couvrir les 25% de la demande des populations locales (p. 16). S. Ouedraogo rappelle que si le prix de vente des céréales reste élevé dans beaucoup de cas, ça n'est pas à cause de fortes spéculations (elles devraient avoir logiquement l'effet inverse de stabiliser les prix au plus bas) mais au contraire de la faiblesse de celles‑ci. Les marchés sont incomplets (à hauts risques) et ils le resteront tant que l'Etat n'assurera pas un environnement favorable à l'exercice de ce type d'activité (amélioration des pistes rurales, régulation des politiques d'aide alimentaire, adaptation de la législation, voir p. 190).

  • le thème de la soutenabilité des actions de développement entreprises. A la lecture de la thèse de S. Ouedraogo, on finit par se demander si le rôle de l'aide extérieure ne consiste pas pour une grande part à suggérer l'implantation de mécanismes institutionnels nouveaux, censés bien entendu satisfaire à certains besoins des populations, mais dans une absence totale d'intérêt pour les coûts de fonctionnement du système mis en place. Assumés dans un premier temps par 'organisme d'appui puis laissés par la suite à la charge des populations locales en faisant l'hypothèse qu'il est de leur plus grand intérêt de poursuivre l'activité entreprise, ces coûts sont la plupart du temps mal ou pas du tout couverts, ce qui conduit à l'échec du projet. L'expérience des bourses paysannes promues par l'ONG Afrique Verte, généralisant l'exemple des BC à l'échelle du Burkina en mettant en contact périodiquement des régions déficitaires avec des régions excédentaires en grain souffre d'ailleurs du même problème. S. Ouedraogo mentionne en effet que l'ONG songe à se retirer pour confier la responsabilité de la poursuite de l'activité aux organisations paysannes locales sans avoir réglé un certain nombre de préalables : comment les organisations arriveront‑elles à gérer une mini‑administration à l'échelle du pays ? Comment payer les frais de communication, rémunérer les animateurs du réseau ? Qui octroiera aux organisations les prêts bonifiés pour leur permettre de mener les opérations d'achat avec succès ? Quels mécanismes de contrôle et de direction faut‑il pour maintenir le système ? (p. 36‑37),

  • le thème des rapports entre efficience et équité. Rompant avec les termes d'un débat qui présentent généralement ces concepts comme antinomiques (efficience versus équité), S. Ouedraogo montre au contraire qu'il existe un lien fonctionnel entre les deux thèmes et que pour atteindre leurs objectifs de satisfaire à l'intérêt commun (équité), les BC doivent être également efficientes, c'est‑à‑dire capables d'internaliser et / ou de faire baisser leurs coûts de transaction.

  • Logo LIT Verlag
  • Revues.org