Navigation – Plan du site
Résumé de thèses

Philippe Lavigne‑Delville, Migrations internationales, restructurations agraires et dynamiques associatives en pays soninké et haalpulaar (1975‑1990), thèse de doctorat en Anthropologie sociale et ethnologie, EHESS‑Marseille, 394 p.

À partir d'études de terrain menées dans le cadre d'une organisation non‑gouvernementale, ce travail propose une interprétation des dynamiques actuelles de changement social dans la zone sahélienne d'émigration internationale (pays soninké et haalpulaar, à cheval entre le Sénégal, le Mali et la Mauritanie), resituées dans une perspective historique sur la longue durée.

Selon des processus différents pour les Soninké et les Haalpulaar, la ruine des économies pré‑coloniales a conduit ces sociétés hiérarchisées à restructurer leurs économies autour de l'émigration, et en particulier, dans les années 60‑70, de l'émigration vers la France. Les ressources tirées de l'émigration deviennent le mode de régulation de l'économie locale, et les dynamiques sociales sont désormais polarisées par la captation de la rente migratoire. L'ampleur des transferts financiers vers le village créé un nouvel enjeu, celui de leur contrôle. La constitution des communautés de ressortissants, basées dans les foyers d'émigrés en France, correspond à la mise en place, sous l'égide des notables, d'un contrôle social destiné à garantir la continuité des relations affectives et financières, entre les émigrés et leur famille au village. L'épargne des migrants est dès lors principalement destinée à couvrir les besoins de la reproduction économique et sociale des familles, permettant aux chefs de famille de limiter la fragmentation des unités familiales. Bien que les migrants réalisent une certaine accumulation individuelle, investie au village (bétail) ou en milieu urbain (immobilier), la règle de stérilisation du capital productif, garante du maintien des rapports sociaux, reste acceptée par l'ensemble des acteurs sociaux, migrants compris.

L'analyse de l'évolution des systèmes de production, dans différents contextes agro‑écologiques, permet de comprendre comment revenus de l'émigration et ressources agricoles locales se combinent au sein des stratégies économiques familiales. Opportunité d'accumulation ou protection contre la désaccumulation, la rente migratoire s'affirme bien comme l'axe autour duquel se réorganisent les stratégies économiques, assignant à l'agriculture une nouvelle place. C'est également le cas au Fuuta Toro, bien que les investissements publics y aient développé des capacités de production locales grâce à l'irrigation. La relative marginalisation de l'activité agricole n'est cependant pas un effet mécanique du déficit de main‑d'oeuvre dû à l'émigration, comme les théories de la dépendance tendaient le penser : il s'agit d'une adaptation active des stratégies économiques paysannes, en fonction du contexte agro‑climatique, de l'environnement économique, de l'insertion dans les réseaux d'émigration, et enfin de l'accès aux moyens de production. A côté de la logique rentière de certaines familles bénéficiant de ressources migratoires importantes, on peut voir apparaître une logique de maximisation des revenus, fondée sur le réinvestissement d'une partie de la rente migratoire.

Parallèlement aux transferts familiaux, les émigrés ont, depuis les années 75, collectivement organisé des transferts collectifs, en faveur de l'équipement des villages. Initialement gérés par les "anciens", ces investissements ont été systématisés sous l'égide de nouveaux leaders issus des trajectoires de l'émigration en France, qui ont introduit le développementisme en migration et au village, et ont pris la tête des associations villageoises de ressortissants. Les projets de développement financés par les migrants visent à l'équipement du village et à gérer la dépendance économique, et s'inscrivent donc dans la continuité de l'extraversion économique de la région. Tant en migration qu'au village, les associations apparaissent comme l'arène où se gère la compétition politique (prise de pouvoir par les migrants en tant que groupe social sur le devenir du village, légitimité à gérer le développement et à intervenir dans les affaires publiques) et un nouveau mode d'action collective, visant l'intégration du village dans l'espace socio‑politique national (gestion des rapports avec l'Etat) et international (ONG et bailleurs de fond). Les confrontations / négociations au sein des associations villageoises et des associations d'émigrés permettent de comprendre comment le changement social est géré sur le mode de la "transition ménagée", permettant à de nouvelle équipes, principalement issues des lignages dominants, mais bénéficiant d'une double légitimité, de s'imposer.

Dans ces deux registres, l'analyse en termes de stratégies d'acteurs et de sociogenèse permet une lecture non mécaniste des processus de changement social dans les sociétés dépendantes. Cette vision dynamique permet de questionner les significations sociales des évolutions récentes, tant en rentrant au pays qu'en migration. Dans la moyenne vallée du fleuve Sénégal, suite au nouveau contexte économique et juridique créé par l'Etat, la contrainte en capital se renforce en irrigation et sonne le glas de la relative égalitarisation foncière que le modèle des périmètres irrigués villageois avait permis dans un premier temps. En migration, les enjeux se focalisent à nouveau sur l'espace de résidence, et une régression de la rente migratoire se dessine. Une nouvelle phase de l'histoire de la région semble s'ouvrir, dont la physionomie dépendra des capacités des lignages à développer de nouveaux réseaux d'émigration.

Mots clefs : Afrique sahélienne, région du fleuve Sénégal, migration, système agraire, irrigation, anthropologie économique, anthropologie micro‑politique, associations populaires.

  • Logo LIT Verlag
  • Revues.org