Navigation – Plan du site
Articles de Fond... en comble

Un essai de triangulation méthodologique : La recherche sur les relations entre la fécondité, la famille et l'urbanisation chez les Bamiléké et les Bëti (Cameroun)

Simon David Yana

Texte intégral

1La triangulation consiste à mettre en œuvre plusieurs démarches en vue de la collecte de données pour l'étude du comportement humain. L'approche par méthodes multiples tente ainsi d'atteindre la complexité du comportement humain en l'étudiant de plus d'un point de vue 1. Nous entreprendrons de montrer comment la conception de la recherche sur la fécondité, la famille et l'urbanisation parmi les ethnies 2 Bamiléké et Bëti réalisée à l'Institut de Démographie de l'Université de Louvain combine différentes techniques d'observation et différentes sources de données. Je commencerai par une présentation du contexte général de la recherche, avant de parler de la technique retenue pour l'analyse des données.

Objectifs de la recherche

2L'objectif de la recherche sur la fécondité, la famille et l'urbanisation à Yaoundé est d'étudier en profondeur, à partir de deux ethnies camerounaises, la relation entre les structures familiales, le comportement procréateur et l'urbanisation. Le but principal est d'analyser, à partir des ethnies Bamiléké et Bëti, les effets de l'urbanisation sur l’Imaginaire 3 ou les modèles culturels relatifs à la famille et à la procréation. Cette recherche est exploratoire, parce que, bien que postulant une relation entre la fécondité, la famille et l'urbanisation, elle n'est pas basée sur une hypothèse à vérifier ou à falsifier, quant au sens de la relation. Il s'agit de rechercher le mode d'articulation possible des trois phénomènes étudiés, à travers l'observation de quelques individus de deux ethnies différentes par leur mode d'organisation, et qui semblent avoir assimilé de façon différente la modernité.

3L'entreprise de triangulation méthodologique apparaît ici à travers les types de données utilisées, et les techniques de collecte appliquées pendant le séjour sur le terrain.

Différents types de données

4Les données ici utilisées proviennent d'abord de l'Enquête Nationale sur la Fécondité réalisée en 1978 dans le pays. Elles sont les seules, malgré leur relative ancienneté, à pouvoir fournir une indication du niveau de la fécondité et de ses déterminants proches suivant l'ethnie. Ces données quantitatives permettent ainsi d'amorcer une analyse différentielle de la fécondité suivant l'ethnie et le milieu de résidence. Ce qui constitue le point de départ de la recherche.

5Pour interpréter et expliquer les statistiques fournies par l'Enquête Nationale sur la Fécondité, il fallait des données qualitatives concernant l'Imaginaire. En effet, le principal postulat à la base de cette recherche est que les comportements observés (en matière de fécondité notamment) ne sont que des manifestations de l'Imaginaire, en d'autres termes des modèles culturels. Afin d'appréhender les causes profondes des différences de fécondité observées à l'Enquête Nationale sur la Fécondité, une collecte de données a été effectuée au Cameroun, auprès des populations des deux ethnies, avec l'application de différentes techniques d'observation qualitative, qui seront présentées plus en détail, puisqu'elles constituent l'objet principal de la présente note.

La collecte et le traitement des données qualitatives

La conception générale de la collecte

6Sur le terrain, la recherche sur la fécondité, la famille et l'urbanisation comportait deux observations en milieu rural, l'une parmi la population Bamiléké et l'autre auprès d'une population Bëti ainsi qu'une observation en milieu urbain, auprès de membres des deux groupes. D'une manière générale, les instruments d'observation conçus étaient des repères minimaux à partir desquels nous devions rester attentifs à toute situation intéressante ou pertinente par rapport au thème de notre recherche qui, vu son caractère exploratoire, est restée toujours ouverte et l'observation en constante évolution 4. La première phase de la recherche s'est déroulée à Bafou, village situé dans le département de la Menoua, province de l'Ouest, à environ 350 Km de Yaoundé, et à Yemessoa, département de la Lekié, province du Centre, à 55 Km au Nord de Yaoundé. L'observation urbaine a eu lieu à Yaoundé.

L'observation participante

7Elle a été faite avec l'aide d'un guide ou fiche de milieu, avec des rubriques concernant : l'environnement physique (relief, climat, végétation), l'habitat, le système foncier, l'agriculture, les moyens d'information accessibles à la population, les activités quotidiennes des différentes personnes au sein des ménages, les habitudes alimentaires.

8La durée de présence sur le terrain a été de deux mois dans chaque village et trois mois en milieu urbain, ce qui manifestement était trop court pour une observation participante efficiente et couvrant l'ensemble de chaque site. Notre information sur le contexte a donc dû être complétée par d'autres sources : monographies, entretiens avec différents officiels locaux, recensement général de la population et de l'habitat de 1987, société distributrice de journaux. L'observation détaillée des activités domestiques n'a pu être faite qu'auprès des ménages au sein desquels nous avons résidé pendant la recherche (un dans chaque site).

Les entretiens semi‑directifs

9Nous envisagions de réaliser des entretiens semi‑directifs auprès de personnes sélectionnées par choix raisonné, sans objectif de représentativité statistique de l'échantillon. Il semblait cependant raisonnable de retenir au maximum 100 personnes des deux sexes 5 sur l'ensemble des sites de l'étude, pour garantir une certaine variabilité des énoncés et "contraster autant que possible les individus et les situations et simultanément obtenir des unités d'analyse suffisantes pour être significatives" 6, tout en tenant compte des moyens limités de la recherche, en temps et en personnel. Le nombre final d'entretiens serait arrêté une fois la saturation atteinte dans les interviews, c'est‑à‑dire dès que l'on aurait le sentiment que les enquêtés n'apportent plus d'informations originales par rapport à celles qui ont déjà été recueillies.

10La répartition des personnes de chaque sexe à interroger pour chaque ethnie et dans chaque milieu de résidence était faite suivant l'âge et l'instruction. En retenant 30 ans comme limite entre groupes d'âges, nous essayions d'atteindre une distinction socialement significative entre générations. La différenciation faite entre les personnes n'ayant pas terminé le cycle primaire, les personnes qui n'ont pas achevé l'enseignement secondaire, et celles ayant été à l'université, pouvait permettre de voir s'il existe un gradient d'acculturation lié à l'instruction.

11Tous les états matrimoniaux avaient été inclus dans notre échantillon, afin de faire une confrontation entre les représentations de la famille et de la procréation parmi des personnes se trouvant à des stades différents de constitution de la famille.

12En fin de compte, nous avons réalisé des entretiens avec 74 personnes, dont 50 en ville et 24 dans les villages. Ce déséquilibre est principalement dû à l'accessibilité des populations, qui était plus grande en milieu urbain qu'en milieu rural, d'autant que la phase rurale de la collecte s'était déroulée dans un environnement socio‑politique marqué par de fortes tensions, ce qui causait de la méfiance de la part des populations. Les entretiens urbains ont été par contre effectués dans un climat de relative détente sociale et politique.

13Le guide d'entretien utilisé comportait 8 rubriques : l'identification de l'interviewé (nom, âge, sexe, instruction, ethnie, description de l'habitation, etc.), les structures familiales (définition, devoirs des membres les uns envers les autres, rôles respectifs), le rôle de la famille dans la procréation (contrôle de la vie procréatrice par la famille et rôle dans l'entretien des enfants), la fondation de la famille (signification et réalisation du mariage, nombre d'enfants), la vie familiale (qualité des relations mari‑femme, parents‑enfants), la procréation (sa signification, son influence dans les relations entre personnes), la famille et la contraception (opinions et connaissances à propos de la contraception, son importance), l'urbanisation, la vie familiale et la fécondité (relations entre la ville et le village, différences en matière de vie familiale et de sexualité).

Autres entretiens

14En marge des entretiens semi‑directifs, nous avons tenu d'autres entretiens avec un groupe de femmes, au cours d'une de leurs réunions mensuelles, à Bafou, et avec l'animatrice du développement communautaire dans ce village. Nous avons aussi réalisé un sondage auprès des élèves des écoles primaires et secondaires à Bafou, Yemessoa et Yaoundé. Il s'agissait, à travers une question d'association d'idées et quelques questions projectives, d'aborder les représentations de la vie familiale, du rapport ville‑campagne et de la procréation chez ces jeunes soumis ‑ au sein du système scolaire ‑ à l'influence culturelle de l'Occident.

15Ces entretiens et sondages fournissent des informations supplémentaires sur les points d'articulation possibles entre les réalités étudiées, au sein de sous‑populations particulières. En comparant l'enquête auprès des élèves avec les entretiens auprès des adultes, nous espérons obtenir une indication des facteurs d'évolution des modes de socialisation concernant la fécondité, la famille et la perception du rapport rural‑urbain.

Le traitement des données qualitatives

16Il avait commencé sur le terrain par la transcription des entretiens semi‑directifs et s'est poursuivie plus tard avec la saisie‑réduction avant l'analyse finale.

La transcription

17La transcription des entretiens enregistrés sur bandes magnétiques a donné lieu à la production d'environ 900 pages de texte au total, pour des entretiens dont la durée variait de 45 minutes à une heure et demie, suivant le degré d'éloquence de notre interlocuteur, et les détails, nuances ou précisions qu'il apportait dans ses réponses. La conservation des textes ainsi produits est facilitée par l'utilisation d'un traitement de texte et de disquettes informatiques.

La saisie‑codification des données

18La saisie des données provenant des entretiens avec les adultes et des questionnaires remplis par les élèves a été faite sur un logiciel de base de données, suivant le modèle d'une saisie de données classiques avec, d'un côté l'identification de l'interviewé et de l'autre, les réponses aux questions, d'après les thèmes du guide d'entretien utilisé sur le terrain. Pour chaque sous‑thème de la recherche, un champ numérique est créé pour l'énoncé fourni par l'interviewé et dans un champ de type alphabétique, l'on saisit les extraits d'entretiens ou commentaires à propos d'énoncés particuliers. Ces derniers éléments permettront de restituer le verbatim pour illustrer et enrichir les analyses subséquentes, avec les notes prises sur le terrain et les informations relatives au contexte.

19La codification est ici la première étape de la réduction des données collectées. Elle consiste en la lecture des entretiens un à un et un étiquetage des énoncés par des codes numériques, suivant leur contenu. Les éléments du corpus dont le contenu est jugé identique sont rangés dans la même catégorie, et reçoivent ainsi le même code. Ces codes représentent parfois des synthèses d'énoncés, et parfois aussi ce sont des extraits de réponses, surtout lorsque ces dernières sont brèves, comme c'était le cas pour les élèves ici interrogés.

L'analyse finale

20L'analyse finale est menée suivant la technique d'analyse de contenu, car les énoncés fournis par les informateurs (élèves et adultes) sont évalués par rapport aux thèmes et sous‑thèmes de la recherche, notamment lors de la codification. L'analyse consiste alors à identifier les tendances des énoncés relatifs aux différents thèmes de la recherche, et à les agréger en catégories univoques. L'agrégation des énoncés est réalisée par une analyse statistique descriptive, qui fournit les tableaux de fréquences des modalités des différentes variables correspondantes. La prise en compte des caractéristiques des interviewés permettra, dans une phase ultérieure, de mettre en évidence les facteurs de variation des énoncés au sein de l'échantillon.

21Le guide d'analyse est inspiré par la problématique de la recherche et indique pour chaque thème les variables à exploiter. Il n'est donc pas une reproduction du guide d'entretien, dont les questions servaient à susciter l'information à propos des thèmes de la recherche, certaines servant parfois de contrôle par rapport à d'autres.

En guise de conclusion...

22La recherche sur la famille, la fécondité et l'urbanisation auprès des Bamiléké et des Bëti nous permet de combiner les données quantitatives pour avoir une indication du niveau de la fécondité des femmes des deux ethnies et de milieux de résidence différents. La confrontation des tendances des comportements avec les éléments de l'Imaginaire (croyances, opinions, représentations) permet d'en appréhender les fondements symboliques et de saisir les facteurs de changements, d'une ethnie à l'autre et du milieu rural vers la ville. L'approche dynamique ainsi décrite est rendue possible par la prise en compte d'opinions de personnes de statuts différents (âge, instruction, état matrimonial) au sein des groupes et dans les milieux de résidence concernés par la recherche. Enfin, le recours à l'analyse thématique des entretiens réalisés auprès des populations permet la combinaison de l'analyse de contenu et des méthodes d'analyse statistique classique. Cette association est rendue possible par le recours à la codification, dont le principal avantage est de faciliter la manipulation des données issues de la réduction par identification du contenu, en fonction des thèmes de la recherche. L'utilisation de l'outil informatique permet donc d'objectiver la procédure d'agrégation des données issues d'entretiens avec des personnes différentes.

23Cette combinaison des sources et des méthodes de réduction et d'analyse de données nous a semblé pouvoir constituer un essai de triangulation, puisque la question à résoudre ici est unique : comment les modes de vie familiale et l'urbanisation s'articulent‑ils pour contribuer aux différences de fécondité entre les femmes Bamiléké et Bëti du Cameroun ?

Haut de page

Notes

1Cohen L. et Manion L., Research methods in education, London, Croom Held Ltd. 1980 ; Pourtois J.P. et Desmet H.. Épistémologie et instrumentation en sciences humaines. Liège‑Bruxelles, Pierre Mardaga, 1988.
2L'usage du concept d'''ethnie" n'implique nullement sa totale approbation de notre part. Nous l'utilisons simplement pour des raisons de commodité, en l'absence d'un concept plus approprié pour désigner les groupes humains ici étudiés.
3Défini par Castoriadis comme "une création incessante et essentiellement indéterminée (social‑historique et psychique) de figures/formes/images, à partir desquels seulement il peut être question de "quelque chose". (Castoriadis C., L'institution Imaginaire de la société, Paris. Seuil, 1975. p. 7).
4Cette recherche s'apparente à l'approche dite "grounded theory" présentée par A. Strauss et J. Corbin. Basics of qualitative research.' grounded theory procedures and techniques. Sage Publications. London. 1990.
550 personnes en ville et 25 dans chacun des deux villages. Yemessoa (chez les Bëti) et Bafou (chez les Bamiléké), avec une répartition équitable entre hommes et femmes.
6Blanchet A. et Gotman A., L'enquête et ses méthodes : l'entretien. Paris. Nathan. 1992. pp. 54‑55.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Simon David Yana, « Un essai de triangulation méthodologique : La recherche sur les relations entre la fécondité, la famille et l'urbanisation chez les Bamiléké et les Bëti (Cameroun) », Bulletin de l'APAD [En ligne], 6 | 1993, mis en ligne le 10 mars 2008, consulté le 17 octobre 2017. URL : http://apad.revues.org/2543

Haut de page

Droits d’auteur

Bulletin de l'APAD

Haut de page
  • Logo LIT Verlag
  • Revues.org