Navigation – Plan du site
Chronique Scientifique

Mobilité religieuse. Changements religieux au Burkina Faso

Thèse de doctorat préparée sous la direction de Jean‑Pierre Olivier de Sardan. Marseille, EHESS, 2001, 386 p.
Katrin Langewiesche

Cette thèse porte sur des changements religieux qui travaillent le Burkina Faso surtout depuis les années soixante, et plus particulièrement la région du Yatenga. L'objet principal concerne la construction historique d'une situation de pluralité religieuse relativement récente et l'interprétation des conversions individuelles qui s'intègrent dans ce contexte pluraliste.

La thématique de la pluralité religieuse et des conversions individuelles est envisagée sous différents angles. Dans la première partie, l'auteur privilégie un point de vue historique, dans la deuxième un point de vue contemporain basé sur ses enquêtes empiriques. Le fil conducteur qui traverse ces deux parties est la méthode comparative qui envisage ensemble les développements de l'Islam, du Catholicisme, du Protestantisme et de la religion traditionnelle en milieu rural.

Les deux parties de cette thèse, historique et contemporaine, sont précédées par une longue introduction conceptuelle et méthodologique dans laquelle on lira des développements sur l'écriture littéraire et scientifique, sur l'utilisation de la photographie, sur les techniques d'investigation de l'auteur, et sur les concepts théoriques mis en pratique au cours de la recherche. La problématique s'organise essentiellement autour des concepts de pluralisme religieux, conversion et mobilité religieuse.

La synthèse historique des transformations du champ religieux au Burkina Faso est basée sur la revue critique de la littérature scientifique. Chacun des trois chapitres de la première partie est consacré à une religion (I. La religion traditionnelle, II. l'Islam et III. le Christianisme). Dans la province du Yatenga, les différentes religions coexistent actuellement sous une domination musulmane. Cette région est islamisée à 85 % Les religions cohabitent sur fond de la religion traditionnelle. L'analyse de l'évolution historique du pluralisme religieux permet demeure en évidence que la société moderne est marquée à différents degrés. au niveau institutionnel et individuel, par les interactions entre les traditions, l'Islam et le Christianisme et que c'est cette rencontre qui forme les identités religieuses. Un véritable pluralisme religieux, dans le sens d'un processus historique de dé‑monopolisation, s'installe dans cette région au début du 20e siècle avec l'arrivée des missionnaires chrétiens.

A partir de ce contexte historique, il est possible de situer les itinéraires religieux individuels, décrits dans la deuxième partie du travail afin de dégager certaines dynamiques du religieux contemporain. L'analyse des événements particuliers et des histoires quotidiennes permet d'aborder la logique sociale du religieux contemporain dans la région du Yatenga afin de donner des éléments de réponse aux questions initiales ; à savoir : comment expliquer les conversions fréquentes et réversibles au Yatenga ? Quelles sont les motivations qui poussent les individus à un changement de religion ? Quels enjeux sociaux couvrent les différentes conversions ?

Le religieux contemporain est envisagé dans le chapitre IV lors d'un événement particulier : l'enterrement et les funérailles d'un chef de village.

Cet exemple montre que les compromis entre les différentes religions sont parfois originaux. Les négociations autour de l'identité religieuse du chef continuent même après sa mort. Quelques membres de sa famille veulent l'enterrer selon les rites catholiques. d'autres selon les rites coutumiers. Le défunt était effectivement catholique.

Il a reçu le baptême avant sa mort. Mais, en tant que chef, il a aussi droit à des funérailles traditionnelles qui s'accompagnent de sacrifices, inacceptables pour les catholiques. Pour satisfaire tous les participants on célèbre d'abord un enterrement catholique, puis quelques mois plus tard un enterrement coutumier.

A partir de cette histoire et des observations faites lors des funérailles d'autres notables villageois, l'auteur montre selon quels mécanismes la religion traditionnelle s'introduit dans la société contemporaine et dépasse le cercle de ceux qui y adhère activement. L'analyse des rites funéraires et des attitudes des différents personnages qui y participent fait apparaître une nette différence entre les dignitaires de l'organisation sociale traditionnelle et les simples fidèles qui n'occupent pas de rôle particulier dans les cultes locaux. Les notables mossi, qu'il s'agisse d'hommes ou de femmes, peuvent alterner entre une religion universaliste et le culte des ancêtres ou parfois retourner définitivement à la religion traditionnelle sans qu'ils soient mis à l'écart de la sociabilité villageoise. En revanche, les membres ordinaires évitent de se targuer de leurs pratiques animistes pour ne pas être marginalisé au sein de leur famille. Sans que les acteurs s'y référent explicitement, la religion traditionnelle influence les parcours des individus et malgré le prosélytisme chrétien et la pression diffuse musulmane, la religion traditionnelle reste en arrière‑fond de toutes les autres.

Le chapitre V est consacré à la description de trois communautés religieuses villageoises (musulmane, catholique et protestante) et au parcours religieux de quelques uns de leurs membres. Les itinéraires religieux montrent que les individus ont souvent un parcours religieux composé d'expériences multiples. Un tiers des interlocuteurs change fréquemment d'une religion universaliste à l'autre ou revient, lorsqu'il s'agit de notables mossi, à la religion traditionnelle. Cette mobilité religieuse ne concerne évidemment pas tous les individus. D'autres poursuivent la même religion que leurs parents. La mobilité constitue une possibilité parmi d'autres de gérer son identité religieuse. Elle est particulièrement intéressante car la mobilité religieuse au cours de la vie de nombreux individus devient le révélateur des tensions qui travaillent la région du Yatenga. Les conversions fréquentes et réversibles indiquent une certaine indifférence vis‑à‑vis de l'appartenance religieuse qui n'est pas une valeur en soi, mais qui doit être adaptée aux exigences de la vie de chacun. Il suffit de rappeler très rapidement le comportement d'un des protagonistes pendant l'enterrement du chef, celui du successeur du chef décédé. Après le décès de son prédécesseur, il se dit musulman. En même temps il assiste en tant que futur chef à tous les rites qui accompagnent l'enterrement coutumier. Il surveille activement le bon déroulement c'est‑à‑dire le déroulement selon les normes de la tradition. Trois ans plus tard, installé dans ses fonctions de chef, il affirme cette fois‑ci qu'il n'est plus musulman mais qu'il est devenu catholique. Il explique ce changement en insistant sur l'incompatibilité entre les pratiques traditionnelles et l'Islam et la tolérance du catholicisme à cet égard. Face aux contraintes de la situation pluraliste, il navigue entre plusieurs références, celles de la tradition mossi, celles des musulmans ou celles des catholiques pour s'adapter aux circonstances et selon ses intérêts qui changent également au cours de sa vie.

Les différentes histoires de conversions individuelles, analysées ensemble d'un point de vue sociologique, permettent de montrer que les frontières entre les religions sont davantage mises en avant dans les discours, collectifs ou individuels, que dans les pratiques sociales. A partir de ces descriptions, il peut saisir comment les religions institutionnelles et les écarts qu'elles affichent officiellement laissent place à des interactions constantes et à des formations de compromis dans la pratique religieuse. Au niveau individuel, l'identité religieuse n'est pas fixée une fois pour toute, mais elle est constamment en négociation. Au niveau institutionnel, chaque communauté religieuse véhicule un modèle de conversion qui sert à maintenir une distance à l'égard des autres religions. On observe effectivement dans la région du Yatenga une nette opposition entre le discours officiel de différenciation religieuse et les pratiques quotidiennes de cohabitation. L'analyse a montré une perméabilité des identités religieuses alors même que les discours théologiques et populaires de la différenciation se renforcent. Pour les différents groupes religieux, l'acceptation, le refus ou l'évitement des pratiques traditionnelles deviennent un trait distinctif. Chaque communauté détermine ses frontières en fonction de ses rapports avec la religion traditionnelle et au contact avec les autres religions. Leurs discours sur le syncrétisme ou sur l'orthodoxie religieuse établit en effet des frontières entre les institutions religieuses et préserve ainsi leur autorité. Les diverses histoires individuelles montrent que dans la vie quotidienne, les individus franchissent ces frontières sans remettre en cause la pérennité et l'autorité des institutions elles‑mêmes.

Cette vision individualiste de l'appartenance religieuse ne s'exprime pas dans le refus de s'intégrer à une institution religieuse, mais dans les changements fréquents d'une communauté religieuse à une autre. La confrontation entre le discours et la pratique fait apparaître que les frontières entre les religions, vigoureusement réclamées dans les discours, collectifs ou individuels, font face dans la vie de tous les jours à une cohabitation pragmatique et tolérante. Nous sommes au Yatenga dans un univers social où les religions institutionnelles offrent des repères symboliques majeurs sans que ceci entrave une conception individualiste du religieux.

  • Logo LIT Verlag
  • Revues.org