Navigation – Plan du site
Lu et à lire

« lndigenous agricultural revolution », par P. Richards. London, Hutchinson 1985. 192p.

Philippe Lavigne Delville

Texte intégral

1Sur la base d'expériences de terrain en Sierra Leone et au Nigéria, Paul Richards critique les présupposés des opérateurs de développement. Il montre d'abord que l'intérêt actuel pour les pratiques paysannes ne découle pas d'un progrès de la connaissance scientifique, mais d'un à ‑priori populiste qui domine à certaines époques : en Sierra Leone, dès 1930, l'analyse de la jachère est faite et on propose des systèmes d'accompagnement des dynamiques paysannes : toute l'actuelle "Recherche‑Développement" est là. Cette tendance est balayée dans les années 40 par le modèle intensif/technocratique, sous la pression de Londres. La négation des pratiques paysannes correspond à des intérêts extérieurs au monde rural.

2Richards montre ensuite la cohérence interne et les capaci­tés autonomes d'évolution des systèmes agraires africains. Les agricultures africaines, témoignent d'une connaissance écologique fine des conditions locales et de logiques de minimisation du risque et de diversification des cultures. En particulier, les cultures asso­ciées, formes spécifiques d'intensi­fication des agricultures africaines, peuvent selon lui être la base d'une "révolution agricole endogè­ne". Deux études de cas lui per­mettent de montrer que la spéciali­sation vivrière ne signifie pas archaïsme, que les agricultures s'adaptent vite, mais que le chan­gement non planifié échappe aux intervenants extérieurs. La spécifi­cité des systèmes de production est telle que tout "paquet tech­nique" est forcément inopérant. La capacité d'innover est une compo­sante structurelle de toute agricul­ture, et c'est une ressource pour les opérations de développement.

3A l'opposé, les apports de la science et du développement paraissent faibles : les innovations majeures sont dues aux paysans et la "science" ne fait que suivre. ­

4La science et le développement se basent souvent sur des présuppo­sés faux ou non adaptés, sur des modèles écologiques trop simples. Les centres de recherches interna­tionaux, spécialisés par culture, sont incapables de prendre en compte les spécificités locales. La déconnexion complète entre "recherche paysanne" et "recherche officielle", entre sec­teurs "formel" et "informel" du développement est préjudiciable. Il préconise une "recherche‑dévelop­pement" qui ne se limite pas aux systèmes techniques de produc­tion mais prenne en compte l'envi­ronnement économique, qui soit en synergie avec les savoirs et les dynamiques paysannes, et où le secteur "formel" de la recherche se limite à ce qui dépasse les capaci­tés paysannes. Une telle approche demande un diagnostic basé sur l'observation participante, avec des méthodes proches de celles de l'anthropologue.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Philippe Lavigne Delville, « « lndigenous agricultural revolution », par P. Richards. London, Hutchinson 1985. 192p.  », Bulletin de l'APAD [En ligne], 1 | 1991, mis en ligne le 07 juin 2006, consulté le 19 novembre 2017. URL : http://apad.revues.org/317

Haut de page

Droits d’auteur

Bulletin de l'APAD

Haut de page
  • Logo LIT Verlag
  • Revues.org